Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
valcogne.com Espace Libre

valcogne.com Espace Libre

Cinéma. Opinions d'un spectateur lambda, totalement subjectives mais sincères.

chefs d'oeuvre divers

Film américain de John McTiernan, de 1987, avec Arnold Shwarznegger, Carl Wheathers, Bill Duke, Elpidia Carillo, Sonny Landham, Richard Chaves, Shane Black, Jesse Ventura, R G Armstrong, Kevin Peter Hall. En 1987 un vaisseau spatial extra-terrestre frôle la Terre et largue un module qui atterrit quelque part en Amérique Centrale. Un peu plus tard le major Alan "Dutch" Schaefer, agent des forces spéciales, est envoyé au Guatemala pour sauver un ministre des griffes de la guérilla. Bizarrement un homme de la CIA, que connait Dutch depuis longtemps, vient pour superviser la mission. Au fil de leur action ils éradiquent un camp ennemi puis voient mystérieusement disparaître un à un des hommes de l'équipe. Dutch réalise que le véritable ennemi est très puissant et surtout, d'ailleurs. Un must du genre. Ce film marque un moment important du film de science-fiction, déclenche des suites, plus ou moins heureuses, l'original étant souvent supérieur aux copies, c'est bien connu. 

PredatorPredator
PredatorPredator

Voir les commentaires

Film américain de Robert Aldrich, de 1967, avec Lee Marvin, Charles Bronson, Telly Savalas, Ernest Borgnine, John Cassavetes, JIm Brown, George Kennedy, Donald Sutherland, Robert Ryan, Trini Lopez, Ralph Meeker, Richard Jaeckel, Clint Walker. Juste avant le débarquement en Normandie on propose à douze condamnés à mort, pour des motifs divers, l'amnistie, en échange d'une mission suicide à réussir. Il s'agit d'attaquer un château en France, près de Rennes, où se trouvent une trentaine de généraux majeurs nazis, et de les tuer. Un réalisateur de grande qualité, un casting de rêve, une histoire simple et efficace, une réussite totale du genre. En dire plus serait enfoncer une porte ouverte. 

Les douze salopards ( The dirty dozen )Les douze salopards ( The dirty dozen )
Les douze salopards ( The dirty dozen )Les douze salopards ( The dirty dozen )
Les douze salopards ( The dirty dozen )Les douze salopards ( The dirty dozen )

Voir les commentaires

Publié le par valcogne.over-blog.com
Publié dans : #Burt Lancaster, #Chefs d'oeuvre divers, #Jean Simmons, #Arthur Kennedy, #Shirley Jones, #John McIntire

Film américain de 1960, de Richard Brooks, avec Burt Lancaster, Jean Simmons, Arthur Kennedy, Shirley Jones, Patti Page, John McIntire. Elmer Gantry est représentant de commerce. Il connait des hauts et des bas, un jour à l'aise, le lendemain proche de la clochardisation. Séduisant, il collectionne les aventures genre "une femme dans chaque port". Familier de la Bible il est rompu aux chants religieux. Il sait, pour la vivre, ce qu'est la débauche mais aussi ce que peut être le bien. Il est subjugué par une femme dirigeant un barnum évangélique. Ils deviennent amis, puis amants. Du passé d'Elmer surgit une personne qui se venge de lui. Le destin emprunte de drôles de chemins. J'étais trop jeune quand j'ai vu cette œuvre, j'avais, bien sûr, apprécié le jeu magnifique de Burt Lancaster, sans forcément comprendre toutes les subtilités de l'histoire. Richard Brooks a su capter au mieux les sentiments de ses acteurs, valoriser les décors, inscrire le récit en un tempo impeccable. Rien de pesant dans "Elmer Gantry", pas de blablas inutiles, de larmes injustifiées, d'explications redondantes. Le final est surprenant. Un grand film.

Elmer Gantry le charlatan  ( Elmer Gantry )Elmer Gantry le charlatan  ( Elmer Gantry )
Elmer Gantry le charlatan  ( Elmer Gantry )Elmer Gantry le charlatan  ( Elmer Gantry )

Voir les commentaires

Film franco-germano-italien de Bernardo Bertolucci, de 1976, avec Gérard Depardieu, Robert de Niro, Donald Sutherland, Dominique Sanda, Burt Lancaster, Sterling Hayden, Romollo Valli, Francesca Bertini, Laura Betti. Une distribution prestigieuse pour un film-fleuve de 5h 20 en deux parties racontant, sur fond historique Italien, les destins croisés d'un garçon riche et d'un autre pauvre. J'ai vu ce film à sa sortie et m'en souviens encore. Avec le confinement on a le temps de le découvrir ou le revoir. Si je ne raconte rien du scénario, ce n'est pas par fainéantise mais pour vous laisser le plaisir intact à la vision de cette fresque. 

1900  ( Novecento )1900  ( Novecento )
1900  ( Novecento )1900  ( Novecento )
1900  ( Novecento )1900  ( Novecento )
1900  ( Novecento )1900  ( Novecento )

Voir les commentaires

Publié le par valcogne.over-blog.com
Publié dans : #Ciné Dessins animés, #Aardman, #Chefs d'oeuvre divers

Film franco-britannique d'animation des studios Aardman, de 2019, de Richard Phelan et Will Becher. Après la série télévisée et "Shaun le mouton, le film", de 2015, vient celui-ci. Comme le précédent il est composé à partir de volumes par la technique de stop-motion, traduction : image par image.  Cette fois, une petite extra-terrestre débarque par erreur à la ferme. Shaun et ses amis mettront tout en oeuvre pour qu'elle retrouve ses parents. Une avalanche de gags, un scénario tendre et soutenu, des idées à foison et des clins d'yeux envers des films majeurs, désopilant délice acidulé à aduler de suite. 

Shaun le mouton: " La ferme contre attaque".  ( A Shaun the sheep movie: Farmaggedon )Shaun le mouton: " La ferme contre attaque".  ( A Shaun the sheep movie: Farmaggedon )
Shaun le mouton: " La ferme contre attaque".  ( A Shaun the sheep movie: Farmaggedon )Shaun le mouton: " La ferme contre attaque".  ( A Shaun the sheep movie: Farmaggedon )

Voir les commentaires

Publié le par valcogne.over-blog.com
Publié dans : #Ciné Thriller, #Héros BD, #Joaquin Phoenix, #Robert de Niro, #Zazie Beetz, #Frances Conroy, #Chefs d'oeuvre divers

Film américain de 2019, de Todd Phillips, avec Joaquin Phoenix, Robert de Niro, Frances Conroy, Zazie Beetz, Brett Cullen. 1981, à Gotham City, Arthur Fleck subsiste en exécutant des prestations de clown pour une agence spécialisée. Son credo, inculqué par sa mère, Penny, est "qu'on doit donner de la joie au monde". Il s'occupe d'elle, partage son existence dans un immeuble miteux. Il est atteint d'une étrange maladie provoquant chez lui des rires inextinguibles. Mais les autres sont cruels et, agressé une fois de trop dans le métro par trois individus à cause de son infirmité, il se fâche. Il souffre d'ignorer qui est son père. Quand il découvre la vérité, il tente de l'approcher et, là encore, est rabroué. D'humiliation en humiliation Arthur trouvera satisfaction dans la vengeance. Elle sera sa maîtresse, son exutoire. Sans oublier le formidable Joker interprété par Jack Nicholson, on est estomaqué par l'incroyable prestation de Joaquin Phoenix qui mérite largement les critiques dithyrambiques auxquelles papy Valcogne se joint avec d'autant plus de cœur que, pour une fois, elles sont justes. Pour ceux qui connaissent les BD et les films concernant Batman, une satisfaction de plus. Pour celles et ceux qui n'en connaissent rien, pas de problème, le film est à voir même sans connaitre son univers. J'ajoute que l'ambiance, les décors, Gotham, les détails sociologiques apportés par le réalisateur sont excellents et que, sur cet écrin, éclate le talent de l'acteur principal. Robert de Niro, pour sa part, est comme on l'aime et fait une fois de plus un bon choix en jouant dans un chef d'oeuvre de plus.  Cette fois, je ne met pas d'images, on verra plus tard. Je vous laisse le plaisir de la découverte. 

Voir les commentaires

Publié le par valcogne.over-blog.com
Publié dans : #Chefs d'oeuvre divers, #Ciné Science-.Fiction, #Brad Pitt, #Tommy Lee Jones, #Donald Sutherland

Film américain de 2019, de James Gray, avec Brad Pitt, Tommy Lee Jones, Donald Sutherland, Liv Tyler. Roy McBride, ingénieur et pilote de la NASA, opère depuis l'espace pour un observatoire situé sur Terre. Sa station est détruite par un flux d'énergie terrible venu de Neptune. Échappant à la mort Roy est envoyé en mission vers cette planète, à la recherche de son père, parti seize ans plus tôt dans le but de découvrir une présence extra-terrestre possible. Sa mission nommée LIMA aurait continué, les actes de McBride père et ses assistants pourraient expliquer les perturbations frappant la Terre.  De la Lune, en passant par Mars, jusqu'à Neptune, Roy McBride dévoilera des secrets menaçant l'humanité et se rapprochera de son géniteur.  Acteur au top, splendeur visuelle, profondeur du sujet, réalisation énorme, un très beau film. A la seconde vision, après la découverte de la première, des détails me sont apparus et j'ai mieux apprécié l'histoire. 

Ad astraAd astra
Ad astraAd astra

Voir les commentaires

Publié le par valcogne.over-blog.com
Publié dans : #Chefs d'oeuvre divers, #Westerns Américains, #John Wayne, #James Stewart, #Lee Marvin, #Lee van Cleef, #Vera Miles
L'homme qui tua Liberty Valance ( The man who shot Liberty Valance )
L'homme qui tua Liberty Valance ( The man who shot Liberty Valance )
L'homme qui tua Liberty Valance ( The man who shot Liberty Valance )
L'homme qui tua Liberty Valance ( The man who shot Liberty Valance )
L'homme qui tua Liberty Valance ( The man who shot Liberty Valance )
L'homme qui tua Liberty Valance ( The man who shot Liberty Valance )
L'homme qui tua Liberty Valance ( The man who shot Liberty Valance )

Film américain de John Ford, de 1962, avec John Wayne, James Stewart, Lee Marvin, Lee Van Cleef, Wooddy Strode, Vera Miles , Edmond O'Brien, L'avocat idéaliste Stoddard vient dans l'Ouest pour y apporter la légalité. A peine arrivé sa diligence est attaquée et le chef de la bande le laisse pour mort. Il apprend par le cow-boy Tom Doniphon le nom de son agresseur: le redoutable Liberty Valance. Stoddard tient à ses principes, à la non violence. Il sera mis devant celle-ci, obligé de répliquer. J'ai réalisé n'avoir pas chroniqué ce film magnifique, à l'histoire détaillée, aux héros attachants, singuliers, aux sentiments bien expliqués. Comme toujours John Ford s'attache aussi aux seconds rôles, les rend marquants: Woody Strode, Lee Van Cleef, Edmond O'Brien, ne font pas de la figuration.  " L'homme qui tua Liberty Valance", passé très souvent à la télévision,  continuera longtemps de fasciner les amoureux du western et ceux qui aiment le cinéma tout court. 

L'homme qui tua Liberty Valance ( The man who shot Liberty Valance )L'homme qui tua Liberty Valance ( The man who shot Liberty Valance )
L'homme qui tua Liberty Valance ( The man who shot Liberty Valance )L'homme qui tua Liberty Valance ( The man who shot Liberty Valance )

Voir les commentaires

Publié le par valcogne.over-blog.com
Publié dans : #Ciné Drames, #Rutger Hauer, #Jennifer Jason Leigh, #Jack Thompson, #Chefs d'oeuvre divers

Film hispano-néerlando-américain, de Paul Verhoeven, de 1985, avec Rutger Hauer, Jennifer Jason Leigh, Brion Jones, Jack Thompson, Tom Burlinson, Fernando Hilbeck. En 1501, en Europe de l'Ouest, le seigneur Arnolfini engage une compagnie de mercenaires dirigée par Martin pour reconquérir ses terres. Il leur promet le droit de pillage à la victoire. Il les trahit. Les mercenaires décident de se venger. Ils capturent le fils d'Arnolfini et sa promise, Agnès. Violée par Martin, celle-ci va entretenir avec lui une relation étrange. Un film cru, magnifique, dont l'action se déroule à une époque singulière, la fin du moyen-âge et le début de la Renaissance. A vraisemblablement influencé les chefs-d’œuvres : "Game of trhones" et "Braveheart" par son audace de ton et sa cruauté. 

La chair et le sang ( Flesh and blood )La chair et le sang ( Flesh and blood )
La chair et le sang ( Flesh and blood )La chair et le sang ( Flesh and blood )

Voir les commentaires

Publié le par valcogne.over-blog.com
Publié dans : #Ciné Science-.Fiction, #Chefs d'oeuvre divers, #Héros BD, #Rosa Salazar, #Christoph Waltz

Film américain de Robert Rodriguez , de 2019, produit et écrit par James Cameron,  avec Rosa Salazar, Christoph Waltz, Jennifer Connelly, Mahershala Ali, Keean Johnson. Adaptation du manga "gunnm" de Yukito Kishiro. Après l'Effondrement, survenu trois cent ans auparavant, en 2563, le docteur Dyson Ido part en quête de pièces détachées jetées depuis la cité céleste

de Zalem où chacun rêve d'habiter. Il trouve le corps d'une jeune cyborg qu'il va reconstituer. Elle s'éveille, amnésique. En souvenir de sa fille décédée le docteur lui donne le nom d'Alita. Celle-ci, désireuse de connaitre ses origines, fera tout son possible pour les découvrir. Un régal!!!! A la seconde vision ce jour, je confirme. 

Alita: Battle AngelAlita: Battle Angel
Alita: Battle AngelAlita: Battle Angel

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 7 > >>

Articles récents

Hébergé par Overblog