Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
valcogne.com Espace Libre

valcogne.com Espace Libre

Cinéma. Opinions d'un spectateur lambda, totalement subjectives mais sincères.

bernard blier

Publié le par valcogne.over-blog.com
Publié dans : #Ciné Polars Français, #Jean Gabin, #Bernard Blier, #Maurice Biraud, #Martine Carol, #Françoise Rosay, #Robert Dalban

Film de Gilles Grangier, de 1961, inspiré de la trilogie de Max le Menteur, d'Albert Simonin, deuxième volet traité, comme "Les tontons flingueurs", avec dialogues de Michel Audiard, sous l'angle de la comédie alors que "Touchez pas au grisbi" était sérieux. Avec Jean Gabin, Bernard Blier, Maurice Biraud, Martine Carol, Françoise Rosay, Robert Dalban. Charles, Lucas et Eric, trois truands, décident de se lancer dans la fabrication de fausse monnaie. Eric pense qu'il n'y a rien de plus facile car il sort avec la femme d'un imprimeur hors-pair, Robert Mideau, un brave homme, un cave, aisé à manipuler. Ne connaissant rien aux pratiques subtiles du métier ils font appel à Ferdinand Maréchal, dit "Le dabe", exilé depuis quinze ans en Amérique centrale et toujours en délicatesse avec la police. Le Dabe prend l'affaire en main, se montre efficace et pointilleux, décide du partage, et contrarie ses trois associés. Il supporte de plus en plus difficilement les erreurs et vantardises de ceux-ci et, inversement, apprécie de plus en plus Robert Mideau. Ce dernier s'avèrera bien moins "cave" qu'escompté. 

Le cave se rebiffeLe cave se rebiffe
Le cave se rebiffeLe cave se rebiffe

Voir les commentaires

Les barbouzes
Les barbouzes
Les barbouzes
Les barbouzes
Les barbouzes

Film franco-italien de Georges Lautner, de 1964, avec Lino Ventura, Mireille Darc, Francis Blanche, Bernard Blier, Jess Hahn, André Weber, Noël Roquevert, Charles Millot. Constantin Benard Shah, marchand d'armes, est décédé. A son enterrement se présente un quatuor d'individus prétendant tous avoir très bien connus le défunt. Ils font connaissance avec la belle et riche veuve, Amaranthe. Elle découvre alors le faux cousin Français, Francis Lagneau, le faux psychanalyste Allemand Hans Muller, le faux-frère de lait soviétique Boris Vasillief et enfin le confesseur Suisse Eusebio Caffarelli. Tous, mandatés par leurs gouvernements respectifs, ils sont là pour récupérer des brevets concernant des armes atomiques. Les quatre compères font tout leur possible pour séduire Amaranthe, la convaincre de confier où se trouvent les documents. Ils doivent aussi compter sur l'intrusion de l'Américain O'Brien et d'une escouade d'espions Chinois cachée dans les passages secrets du château. C'est un plaisir toujours renouvelé de retrouver ces Barbouzes incarnés par des acteurs au mieux de leur forme, surjouant volontairement, débitant des dialogues aux trouvailles inoxydables. Le trio Simonin-Audiard-Lautner produisait des étincelles. De plus ce film  des années heureuses renforce la nostalgie or, j'ai lu quelque part que les personnes les plus nostalgiques font partie de celles qui luttent le mieux contre les difficultés de cette époque de confinement. Alors pourquoi se priver? 

Les barbouzesLes barbouzes
Les barbouzesLes barbouzes

Voir les commentaires

Publié le par valcogne.over-blog.com
Publié dans : #Ciné Polars Français, #Lino Ventura, #Jean Paul Belmondo, #Bernard Blier, #Andréa Parisy, #Reginald Kernan, #Gert Fröbe

Film franco-italien de 1964, d'Henri Verneuil, adaptation du roman " Nous n'irons pas au Nigéria", de Claude Veillot. Avec Lino Ventura, Jean Paul Belmondo, Bernard Blier, Gert Fröbe, Andréa Parisy, Reginald Kernan. Dans les années 1960, au Maroc, près du Sahara espagnol, Castigliano dirige une entreprise de transport dont il exploite honteusement les ouvriers. Il vient d'acquérir un poids lourd articulé rouge Berliet flambant neuf. Il embauche pour le conduire à deux mille kilomètres, chargé d'une cargaison valant cent mille dollars, un inconnu, la veille du départ. Ce convoi attire des convoitises. Le camion est volé avant même que le nouveau chauffeur s'en charge. Une course s'ensuit, pleine de rebondissements, de pannes, d'incidents, de retournements de situation. Derrière l'histoire, surtout une ode à l'amitié virile avec des acteurs convaincants qui, dans la vie, étaient aussi des potes. Ce qui, au passage, faisait la force de films de l'époque. Certains étaient appréciés, au delà de leurs histoires parfois faiblardes, à cause de l'authenticité que percevait le public de la complicité entre les acteurs transparaissant à l'écran. 

Cent mille dollars au soleilCent mille dollars au soleil
Cent mille dollars au soleilCent mille dollars au soleil

Voir les commentaires

Publié le par valcogne.over-blog.com
Publié dans : #Françaises Comédies, #Bernard Blier, #Danièle Delorme, #Francis Blanche
Le septième juré
Film de 1962 de George Lautner d'après un roman de Francis Didelot, avec Bernard Blier, Francis Blanche, Danièle Delorme, Françoise Giret, Maurice Biraud, Yves Barsacq, Robert Dalban, Jacques Riberolles, Jacques Monod, Albert Rémy, Jean Sylvère. Un excellent casting pour des acteurs épatants au service d'une histoire de moeurs sordide où le cynisme l'emporte haut la main sur la morale. Bernard Blier est formidable.
Le septième juréLe septième juré
Le septième juréLe septième juré

Voir les commentaires

Les tontons flingueurs

Film de Georges Lautner, de 1963, avec Lino Ventura, Bernard Blier, Jean Lefèbvre, Venantino Venantini, Henri Cogan, Robert Dalban, Claude Rich, Sabine Sinjen, Horst Frank, Francis Blanche, Mac Ronay, Pierre Bertin, Philippe Castelli, Paul Meurisse. Casting de rêve pour une oeuvre indéboulonnable, au départ boudée par la critique mais encensée par le peuple, toutes catégories sociales confondues. C'est l'été, je replonge avec délice dans le bouquin d'Albert Simonin "Grisbi or not grisbi" à partir duquel, avec Georges Lautner, il a créé le scénario, portant quelques différences avec l'original, et bénéficié du génie de Michel Audiard pour ciseler les dialogues devenus quasi historiques, mordants, typiquement hexagonaux, dont le merveilleux: "On devrait jamais quitter Montauban!". Tout le monde est à sa place, joue juste, la mécanique est impeccable, un parfum de bonheur souffle pendant chaque scène. La jeune actrice Allemande, Sabine Sinjen, ici la délicieuse nièce, Patricia, de Lino Ventura, est hélas décédée à 52 ans d'un cancer et la plupart de ces acteurs que nous aimons tant nous ont quitté, raison de plus pour redécouvrir cette merveille dont les DVD et Blu-Ray ont été réalisés avec tant de soins qu'ils offrent une magnifique image-cinéma, un son à la hauteur.

Les tontons flingueursLes tontons flingueurs
Les tontons flingueursLes tontons flingueurs
Les tontons flingueursLes tontons flingueurs
Les tontons flingueursLes tontons flingueurs

Voir les commentaires

Articles récents

Hébergé par Overblog