Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
valcogne.com Espace Libre

valcogne.com Espace Libre

Cinéma. Opinions d'un spectateur lambda, totalement subjectives mais sincères.

Articles avec #tomas milian catégorie

Publié le par valcogne.over-blog.com
Publié dans : #Westerns Italiens, #Franco Nero, #Jack Palance, #Tomas Milian
Companeros

Film de Sergio Corbucci, de 1970, avec Franco Nero, Tomas Miliàn, Fernando Rey, Jack Palance, Karin Shubert. Musique d'Ennio Morricone. Pendant la révolution mexicaine le professeur Xantos est prisonnier des Américains. Un trafiquant d'armes veut le libérer, accompagner la guérilla, afin qu'il l'aide à ouvrir un coffre où se trouve une énorme somme d'argent. Il rencontre un Mexicain débrouillard qui ne le quittera pas d'une semelle. Encore une belle réalisation de Sergio Corbucci,  second volet de sa trilogie de western-zapata.

CompanerosCompaneros
CompanerosCompaneros

Voir les commentaires

Publié le par valcogne.over-blog.com
Publié dans : #Westerns Italiens, #Tomas Milian, #Gian Maria Volonte
Le dernier face à face   (Il était une fois en Arizona)
Le dernier face à face   (Il était une fois en Arizona)
Le dernier face à face   (Il était une fois en Arizona)

Film de 1967, de Sergio Sollima, avec Tomas Milian, Gian Maria Volonte, William Berger. Un professeur doit se rendre au Texas pour raison de santé. Chemin faisant il fait la connaissance, pour le meilleur et pour le pire, d'un célèbre hors la loi dont l'ambition est de reconstituer sa bande décimée, la "Horde sauvage". Timoré au départ l'intellectuel apprend vite au contact de Beauregard la dureté de l'existence, à l'inverse, ce dernier tient compte des leçons d'humanité de son compagnon. On observe la lente transformation de chacun. Dans la vraie vie, Gian Maria Volonte supportait mal Tomas Miliàn qui avait aussi son caractère, mais cela ne nuit en rien à leur jeu, sans que l'on puisse affirmer que cet antagonisme l'ait servi. William Berger tient un rôle honorable. Des seconds couteaux, présents dans tous les westerns italiens corrects de l'époque, apportent un aspect familier aux connaisseurs. Admirant au passage la beauté brune, Jolanda Modio, Maria, et ses magnifiques yeux marron-clairs, profitons de cet appétissant western associant outrance, aventure, dialogues, profondeur et humour, mélange dont seuls nos amis Italiens connaissent la recette.

Le dernier face à face   (Il était une fois en Arizona)Le dernier face à face   (Il était une fois en Arizona)
Le dernier face à face   (Il était une fois en Arizona)Le dernier face à face   (Il était une fois en Arizona)
Le dernier face à face   (Il était une fois en Arizona)Le dernier face à face   (Il était une fois en Arizona)

Voir les commentaires

Publié le par valcogne.over-blog.com
Publié dans : #Westerns Italiens, #Lee van Cleef, #Tomas Milian, #Gerard Herter
Colorado
Colorado
Colorado

Film de 1967, de Sergio Sollima, avec Lee Van Cleef, Tomàs Milian, Walter Barnes, Gerard Herter, Nieves Navarro, Fernando Sancho et beaucoup d'acteurs qui composèrent petits rôles ou silhouettes dans les œuvres de Sergio Leone et autres, ce qui apporte un air familier, un sentiment de continuité, une cohérence agréable à l'ensemble. Lee Van Cleef et Tomàs Milian sont excellents : l'un décidé, minéral, l'autre cherchant à sauver sa peau, bondissant et rusé, abattant son festival de mimiques habituel mais sans cabotinage. Gerard Herter, en officier Prussien vaut aussi le détour. Cette histoire est celle d'une traque mais son originalité vient des lieux, bien photographiés, où celle-ci se déroule, des gens rencontrés pendant le voyage et de ses péripéties traitées avec une pointe d'humour et de politique, deux mondes qui, en général se côtoient rarement ! Bravo aux éditeurs, qui se reconnaitront, la copie DVD est très bonne. Un très bon western Italien.

ColoradoColorado
ColoradoColorado
ColoradoColorado

Voir les commentaires

Publié le par valcogne.over-blog.com
Publié dans : #Westerns Italiens, #Tomas Milian, #Telly Savalas, #Susan Georges
Far west story

Film de 1972 de Sergio Corbucci avec Tomàs Milian, Susan Georges, Telly Savalas et quelques trognes habituelles du western Italo-Hispano-Allemand.  Milian, cubain d'origine, arbore encore le béret et semble rendre hommage depuis plusieurs films à Che Guevara...Second clin d'œil: il déguste ici voracement un plat de...spaghettis. Telly Savalas joue un aveugle et Susan Georges, jeune femme décidée, en avance sur son temps, une féministe égale de l'homme. Comme dans son "Django" Sergio Corbucci utilise un cercueil, mais dans une autre intention. Ses héros évoluent dans de beaux paysages, ses paysans, cow boys, prostituées, riches, sont crédibles. J'avais loupé cette œuvre iconoclaste, chaleureuse, drôle, à sa sortie quarante ans plus tôt et suis content de l'avoir redécouvert. Ce récit épique, épicurien est surtout: jouissif. Copie excellente, ce qui ne gâche rien.

A la seconde vision en fait, je ne me souvenais plus que j'avais déjà vu ce film et l'avais chroniqué, preuve qu'il ne m'avait pas tant marqué. J'ai retrouvé Telly Savalas surtout. Après, après...j'ai vu les défauts: l'imitation implicite de Bonnie and Clyde, les rapports pas très fins envers les femmes en général, quelques longueurs. Ne dit on pas : "Qui aime bien châtie bien"?.

 

Far west storyFar west story
Far west storyFar west story

Voir les commentaires

Publié le par valcogne.over-blog.com
Publié dans : #Westerns Italiens, #Tomas Milian
O'cangaceiro
O'cangaceiro
O'cangaceiro

Film de 1971, de Giovanni Fago. Dans la série des "westerns Zapata," avec Tomàs Milian, acteur emblématique des "bourguignons-spaghettos-tortillas-kartoffen-westerns" souvent de productions " franco-hispano-italo-allemande" qui pouvaient donner des mélanges assez savoureux dans les thêmes et les choix d'acteurs improbables et savoureux. Honnête boulot avec des idées simples mais précises, des coups de feu nourris, des desperados brésiliens décoratifs, des protagonistes convenus, une certaine santé dans le jeu, de la malice et un final ouvert pour changer un peu.... L'image est propre. Mais, une fois de plus, le son, mono, pourri, est à peu près écoutable à condition de monter l'ampli 7.1 à moitié du potentiomètre lors que pour d'autres films on ne le pousse qu'au quart de sa puissance.

O'cangaceiroO'cangaceiro
O'cangaceiro

Voir les commentaires

Articles récents

Hébergé par Overblog