Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
valcogne.com Espace Libre

valcogne.com Espace Libre

Cinéma. Opinions d'un spectateur lambda, totalement subjectives mais sincères.

Articles avec #robert de niro catégorie

Publié le par valcogne.over-blog.com
Publié dans : #Ciné Drames, #Robert de Niro, #Brad Pitt, #Kevin Bacon, #Vittorio Gassman, #Dustin Hoffman, #Jason Patric, #Minnie Driver
Sleepers

Film américain de 1996, de Barry Levinson, sur l'histoire de Lorenzo Carcaterra avec Brad Pitt, Robert de Niro, Kevin Bacon, Vittorio Gassman, Dustin Hoffman, Jason Patric, Billy Crudup, Minnie Driver. Dans les années soixante à New York, des gamins du quartier de Hell's kitchen commettent l'irréparable. Après la mort d'un homme on les juge et les envoie en maison de correction. Là, ils tombent sur un tortionnaire et son équipe. S'inspirant du Comte de Monte Christo, les victimes entendent se venger un jour. Plus tard l'un est devenu district attorney, un autre journaliste, les derniers tueurs à gage, tout en conservant leur amitié intacte. Ils abattent leur garde-chiourme qu'ils rencontrent par hasard. S'ensuit un procès où toutes les parties useront d'astuces pour sauver la peau des deux accusés, accomplir totalement la vengeance salvatrice. Des acteurs épatants, une mise en scène classique, un Robert de Niro sobre et efficace, Brad Pitt très jeune, jouant aussi la simplicité, malgré quelques longueurs de-ci de-là, font de ce film une œuvre intéressante. Et puis, des tueurs qui fument... Bacon, ça vaut le coup d’œil. ( Elle est facile mais j'ai pas pu m'en empêcher...)

 

SleepersSleepers
SleepersSleepers

Voir les commentaires

Publié le par valcogne.over-blog.com
Publié dans : #Ciné Polars Anglo-Saxons, #Robert de Niro, #Al Pacino
La loi et l'ordre

Film de 2008 de John Avnet avec Al Pacino, Robert de Niro, Brian Dennehy, John Leguizamo, Donnie Whalberg, Carla Gugino, 50 Cent. Grosse déception. On est bien loin de "Heat".

La loi et l'ordre
La loi et l'ordre

Voir les commentaires

Publié le par valcogne.over-blog.com
Publié dans : #Ciné Drames, #Robert de Niro, #Lisa Minelli

En revoyant " New York New York" de Martin Scorcese, quarante ans plus tard, on réalise que "The Artist" épouse le même thème. On y redécouvre un De Niro jeune et émouvant, malgré son caractère de cochon, et une femme déterminée qui fera de l'ombre à la gloire de son compagnon, bien malgré elle. La reconstitution historique reste léchée et belle, mais pas mal de morceaux de musique étaient dispensables. Un peu long, tout ça. Reste l'abattage et le talent de Lisa Minelli, qui avait de qui tenir, et dont l'interprétation de cette chanson est inoubliable.new-york-new-york.jpg

New York New YorkNew York New York
New York New YorkNew York New York

Voir les commentaires

Publié le par valcogne.over-blog.com
Publié dans : #Chefs d'oeuvre divers, #Sergio Leone, #Robert de Niro, #James Wods, #Elisabeth McGovern, #Joe Pesci

Il-etait-une-fois-en-Amerique.jpg

Robert_De_Niro_TFF_2011_Shankbone.JPGFilm fleuve de Sergio Leone de 1984  avec James Woods, Robert de Niro , Joe Pesci, Elisabeth Mac Govern, Jennifer Connelly. L'univers de la Famille vue par un cinéaste inspiré qui traite là l'amitié, l'amour, la constance, la trahison, la violence. New York y est une vedette à part entière,  l'époque des événements reconstituée avec talent. Malgré la durée de l'histoire on ne s'ennuie jamais, on profite pleinement du jeu des acteurs, des rebondissements, des décors, du temps qui passe. Sous couvert de parler de la Maffia une grande douleur habite cette oeuvre: regrets du héros, de ceux qui l'ont manipulé, réflexion sur la vieillesse, le destin. Images et  musique sont magnifiques, le final, inoubliable, surprenant.

 " Le Parrain","Casino","Les Affranchis", "Il était une fois en Amérique", créés par des réalisateurs différents et géniaux ont ce point commun essentiel: Robert de Niro. Il a apporté une présence, un réalisme extraordinaire à ses personnages, une force de conviction impressionnante. 

Il était une fois en Amérique  ( Once upon a time in America )Il était une fois en Amérique  ( Once upon a time in America )Il était une fois en Amérique  ( Once upon a time in America )
Il était une fois en Amérique  ( Once upon a time in America )
Il était une fois en Amérique  ( Once upon a time in America )

Voir les commentaires

Publié le par valcogne.over-blog.com
Publié dans : #Chefs d'oeuvre divers, #Robert de Niro, #Sharon Stone, #Joe Pesci

Film de 1995 de Martin Scorcese qui, à l'instar du "Parrain" et des "Affranchis", débute par une scène déterminante, géniale. Ensuite, nous suivons déboires et réussites de Sam Rothstein qui, épaulé par des hommes de la Famille, prend en charge le plus beau casino de Las Vegas. Il a son meilleur ami pour l'aider et tombe amoureux d'une femme superbe. On apprend la face cachée des choses, astuces, combines, tenants, aboutissants. Tout se recoupe, les données historiques sont sérieuses, précises, on est sans doute pas loin d'une certaine vérité. Robert de Niro, flamboyant, juste, décontracté, retrouve ici son complice Joe Pesci. Sharon Stone, belle comme le jour,  joue le rôle difficile d'une femme accroc à la drogue, fragile, paumée, incapable de prendre des décisions pouvant la sortir de son dilemme. Même si ce thème a déjà beaucoup servi, cette "Grandeur et décadence d'un caïd" est magistrale à tous points de vue: action, histoire, images, musique, montage, mise en scène. Un régal.

CasinoCasino
CasinoCasino
CasinoCasino
CasinoCasino

Voir les commentaires

Publié le par valcogne.over-blog.com
Publié dans : #Chefs d'oeuvre divers, #Ray Liotta, #Robert de Niro, #Joe Pesci

Film de 1990 de Martin Scorcese. Plongée en apnée dans les affaires de Famille. "Toute ma vie, j'ai rêvé d'être gangster" résume George Hill, repenti caché sous le régime de protection des témoins. D'emblée, le film scotche le spectateur et l'action explique comme en un documentaire modes de vie, procédés, vies amoureuses, évolution, des personnages. Ceux ci sont brillamment interprétés par Ray Liotta, inoubliable George Hill, crevant l'écran, soutenu par l'indispensable Robert de Niro et le vibrionnant et dangereux Joe Pesci qui trouve là le rôle de sa carrière. Sans oublier Paul Sorvino dans le rôle de Paulie, Dennis Farina et autres seconds de talent. Épouses et maîtresses sont jouées par de belles actrices convaincantes telle Lorraine Bracco. Le Mal, avec ses calculs, ses actes, ses complications, sa complexité, inspire plus les hommes et les cinéastes que le Bien. L'image se contente d'être nette, propre et descriptive pour mieux coller au sujet. Pour les mêmes raisons, la musique s'efface derrière le thème aussi. "Les affranchis" est de ceux qu'on regarde plusieurs fois au fil du temps en y découvrant, encore et encore, des motifs d'étonnement ou de réflexion.

Les affranchis ( Goodfellas )Les affranchis ( Goodfellas )
Les affranchis ( Goodfellas )Les affranchis ( Goodfellas )
Les affranchis ( Goodfellas )Les affranchis ( Goodfellas )

Voir les commentaires

Publié le par valcogne.over-blog.com
Publié dans : #Chefs d'oeuvre divers, #Marlon Brando, #Robert de Niro, #Al Pacino

James-Caan.jpg

Le-parrain-2.jpg

Le-parrain.jpg

Film de 1972 de Francis Ford Coppola avec Marlon Brando, Dian Keaton, Robert Duvall, James Caan, Al Pacino, Sterling Hayden, John Cazale. Ne nous appesantissons pas sur ce que tout un chacun sait déjà: l'incroyable prestation de Marlon Brando, la justesse de l'impeccable casting, le traitement somptueux de l'image claire-obscure et les qualités vantées partout de ce film. Fidèle au roman de Mario Puzzo cette oeuvre nous fait entrer dans un monde dont on connait l'existence et qui possède ses racines, son histoire, ses motivations, ses perdants et ses gagnants. Ceux qui se sont penchés sur "L'art de la guerre" de Sun Tzu, se sont interessés à l'Histoire et lus "La conquête de la Gaule" par Jules César et toutes autres créations parlant du Pouvoir où et quel qu'il soit, trouveront ici une implacable description de son essence, de son exercice, de la violence qu'il génère et des implications politiques, sociales, financières, qu'il organise. L'obstination des hommes à sortir de leur condition et à préserver leur bien être est le moteur central de leurs actions, souvent terrifiantes. Il y a des moments de grâce très touchants aussi  dans ce film fleuve, par exemple la disparition, causée par un attentat, de l'unique femme dont l'impitoyable Michael Corleone était réellement amoureux.  La musique est indissociable des images et l'ensemble est inoubliable. 

Le parrain 1,2,3 ( The godfather )Le parrain 1,2,3 ( The godfather )
Le parrain 1,2,3 ( The godfather )Le parrain 1,2,3 ( The godfather )
Le parrain 1,2,3 ( The godfather )Le parrain 1,2,3 ( The godfather )
Le parrain 1,2,3 ( The godfather )Le parrain 1,2,3 ( The godfather )

Voir les commentaires

Publié le par valcogne.over-blog.com
Publié dans : #Robert Rodriguez, #Ciné Action, #Danny Trejo, #Jessica Alba, #Don Johnson, #Jeff Fahey, #Robert de Niro, #Michelle Rodriguez
Machete

J'ai vu Machete pour la seconde fois en DVD après l'avoir découvert au cinéma. Dans les deux cas, je dis bravo: voila du vrai cinéma, léché, barré, coloré, acide, fruité, plein de sexe et de fureur. Cela fait déjà beaucoup. Pour enfoncer encore le clou, les actrices et acteurs, formidables: Danny Trejo qui tient tout d'un bout à l'autre, enfin reconnu à sa juste valeur. Jessica Alba, belle et sympa, Michelle Rodriguez, sympa et belle, Robert de Niro, décalé à souhait! Steven Seagal qui joue ailleurs systématiquement des héros survitaminés, déterminés et quelquefois un peu... concon, est ici un méchant assez malin. L'estimé Don Johnson, empâté mais reconnaissable, joue à la perfection le salopard de service...d'immigration, auto-proclamée. Bien sûr, il y a du gore à gogo, âmes sensibles et prenant les images au premier degré, s'abstenir. Pour les autres, ne ratez pas ce chef d'oeuvre volontairement kitsch, hommage, dès le générique, au western Léonien et aux séries B et Z qui sous tendent le cinéma plus exigeant qui mène à Kubrick et autres génies, Tarkovsky , Kurosawa et nous en passons... Jeff Fahey, loin du loubard de Silverado, nous régale aussi ici en homme cruel confronté aux problèmes familiaux de monsieur tout le monde...

 

MacheteMachete
MacheteMachete
MacheteMachete

Voir les commentaires

<< < 1 2

Articles récents

Hébergé par Overblog