Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
valcogne.com Espace Libre

valcogne.com Espace Libre

Cinéma. Opinions d'un spectateur lambda, totalement subjectives mais sincères.

Articles avec #julien guiomar catégorie

Publié le par valcogne.over-blog.com
Publié dans : #Françaises Comédies, #Alain Delon, #Nathalie Delon, #Julien Guiomar, #Paul Préboist, #Paul Meurisse

Film de Jacques Deray, de 1971, avec Alain Delon, Nathalie Delon, Julien Guiomar, Paul Meurisse, Paul Préboist. L'abbé Médieu, entré dans les ordres à la suite du décès de sa femme, exerce son apostolat dans une petite ville bretonne proche, croit on comprendre, de Brest. Il pense, après une vie compliquée, avoir trouvé là une existence sereine. Soudain, un jour, un homme arrive, prétendant qu'il est marié à son ex-épouse, bien vivante et, de plus, qu'elle veut revenir vers lui. Ce monsieur est patron d'un lieu de plaisir où madame exerce. Hors, quand Médieu refuse de reprendre avec elle la vie commune elle le menace de se donner à tous les matelots du port. Tiraillé, conseillé aimablement par son évêque, il parviendra à résoudre son dilemme. Tout finira au mieux. Curiosité où le plaisir réside surtout dans les bons rôles d'Alain Delon, producteur du film, de Paul Meurisse et Julien Guiomar. Nathalie Delon ne démérite pas, apporte un brin de charme à  cette comédie au rythme incertain. On se souviendra avec nostalgie de la mobylette bleue qu'enfourche l'abbé et qui fit nos beaux jours longtemps. Du film entier, je ne sais pas.

Doucement les basses

Voir les commentaires

Publié le par valcogne.over-blog.com
Publié dans : #Ciné Polars Français, #Lino Ventura, #Patrick Dewaere, #Claude Rich, #Victor Lanoux, #Julien Guiomar, #Valérie Mairesse, #Pierre Tornade

Film de 1975, de Pierre Granier-Deferre, d'après un livre de Raf Vallet, inspiré par un fait divers survenu en 1971 à Puteaux. En pleine campagne électorale, à Rouen, le commissaire Verjeat et les inspecteurs Lefèvre et Mortrier enquêtent dans une maison close où un client est mort en pleine séance tarifée. La tenancière des lieux fait valoir ses relations. Verjeat pense que l'affaire sera enterrée. Au même moment des colleurs d'affiche politique sont agressés.  Mortrier, accouru, prend une balle. Il a reconnu Antoine Portor, homme de main du politicien Lardatte. Mortrier meurt. Le contrôleur général, supérieur de Verjeat, lui recommande de s'occuper de Portor, lui se réservant    Lardatte.  D'imbroglios en imbroglios, de coups fourrés en coups fourrés, Verjeat et Lefèvre s'activeront à faire éclater des vérités bien protégées. Au final, écœuré, Verjeat, muté à Montpellier, enverra tout promener et adressera à son ami : "Adieu Poulet!". Un duo d'acteurs formidable, des seconds rôles qui n'ont de seconds que le nom, la fine fleur des comédiens de l'époque, l'authenticité des décors et paysages. Que dire de plus? 

Adieu pouletAdieu poulet
Adieu pouletAdieu poulet

Voir les commentaires

Articles récents

Hébergé par Overblog