Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
valcogne.com Espace Libre

valcogne.com Espace Libre

Cinéma. Opinions d'un spectateur lambda, totalement subjectives mais sincères.

Articles avec #joe pesci catégorie

Publié le par valcogne.over-blog.com
Publié dans : #MEL GIBSON, #Danny Glover, #Joe Pesci
L'arme fatale ( Lethal weapon )
L'arme fatale ( Lethal weapon )
L'arme fatale ( Lethal weapon )
L'arme fatale ( Lethal weapon )

On ne présente plus cette série de quatre films relatant les aventures policières de Briggs ( Mel Gibson) et de Murtaugh ( Danny Glover), le jeune chien fou et l'homme mûr qui aspire à une retraite bien méritée. On oublie pas non plus le troisième et truculent larron, Léo Getz,(Joe Pesci) leur indicateur et ami encombrant. Tous ces films ont plusieurs points communs: le suivi de leurs interprètes, la qualité de leur jeu, des actions bien menées et, cerise sur le gâteau, une forme d'humour bien sympathique. Du vrai cinéma, bien exécuté, distrayant, avec des hauts et des bas, mais globalement épatant assurant à Mel Gibson une notoriété largement méritée.

Voir les commentaires

Publié le par valcogne.over-blog.com
Publié dans : #Chefs d'oeuvre divers, #Sergio Leone, #Robert de Niro, #James Wods, #Elisabeth McGovern, #Joe Pesci

Il-etait-une-fois-en-Amerique.jpg

Robert_De_Niro_TFF_2011_Shankbone.JPGFilm fleuve de Sergio Leone de 1984  avec James Woods, Robert de Niro , Joe Pesci, Elisabeth Mac Govern, Jennifer Connelly. L'univers de la Famille vue par un cinéaste inspiré qui traite là l'amitié, l'amour, la constance, la trahison, la violence. New York y est une vedette à part entière,  l'époque des événements reconstituée avec talent. Malgré la durée de l'histoire on ne s'ennuie jamais, on profite pleinement du jeu des acteurs, des rebondissements, des décors, du temps qui passe. Sous couvert de parler de la Maffia une grande douleur habite cette oeuvre: regrets du héros, de ceux qui l'ont manipulé, réflexion sur la vieillesse, le destin. Images et  musique sont magnifiques, le final, inoubliable, surprenant.

 " Le Parrain","Casino","Les Affranchis", "Il était une fois en Amérique", créés par des réalisateurs différents et géniaux ont ce point commun essentiel: Robert de Niro. Il a apporté une présence, un réalisme extraordinaire à ses personnages, une force de conviction impressionnante. 

Il était une fois en Amérique  ( Once upon a time in America )Il était une fois en Amérique  ( Once upon a time in America )Il était une fois en Amérique  ( Once upon a time in America )
Il était une fois en Amérique  ( Once upon a time in America )
Il était une fois en Amérique  ( Once upon a time in America )

Voir les commentaires

Publié le par valcogne.over-blog.com
Publié dans : #Chefs d'oeuvre divers, #Robert de Niro, #Sharon Stone, #Joe Pesci

Film de 1995 de Martin Scorcese qui, à l'instar du "Parrain" et des "Affranchis", débute par une scène déterminante, géniale. Ensuite, nous suivons déboires et réussites de Sam Rothstein qui, épaulé par des hommes de la Famille, prend en charge le plus beau casino de Las Vegas. Il a son meilleur ami pour l'aider et tombe amoureux d'une femme superbe. On apprend la face cachée des choses, astuces, combines, tenants, aboutissants. Tout se recoupe, les données historiques sont sérieuses, précises, on est sans doute pas loin d'une certaine vérité. Robert de Niro, flamboyant, juste, décontracté, retrouve ici son complice Joe Pesci. Sharon Stone, belle comme le jour,  joue le rôle difficile d'une femme accroc à la drogue, fragile, paumée, incapable de prendre des décisions pouvant la sortir de son dilemme. Même si ce thème a déjà beaucoup servi, cette "Grandeur et décadence d'un caïd" est magistrale à tous points de vue: action, histoire, images, musique, montage, mise en scène. Un régal.

CasinoCasino
CasinoCasino
CasinoCasino
CasinoCasino

Voir les commentaires

Publié le par valcogne.over-blog.com
Publié dans : #Chefs d'oeuvre divers, #Ray Liotta, #Robert de Niro, #Joe Pesci

Film de 1990 de Martin Scorcese. Plongée en apnée dans les affaires de Famille. "Toute ma vie, j'ai rêvé d'être gangster" résume George Hill, repenti caché sous le régime de protection des témoins. D'emblée, le film scotche le spectateur et l'action explique comme en un documentaire modes de vie, procédés, vies amoureuses, évolution, des personnages. Ceux ci sont brillamment interprétés par Ray Liotta, inoubliable George Hill, crevant l'écran, soutenu par l'indispensable Robert de Niro et le vibrionnant et dangereux Joe Pesci qui trouve là le rôle de sa carrière. Sans oublier Paul Sorvino dans le rôle de Paulie, Dennis Farina et autres seconds de talent. Épouses et maîtresses sont jouées par de belles actrices convaincantes telle Lorraine Bracco. Le Mal, avec ses calculs, ses actes, ses complications, sa complexité, inspire plus les hommes et les cinéastes que le Bien. L'image se contente d'être nette, propre et descriptive pour mieux coller au sujet. Pour les mêmes raisons, la musique s'efface derrière le thème aussi. "Les affranchis" est de ceux qu'on regarde plusieurs fois au fil du temps en y découvrant, encore et encore, des motifs d'étonnement ou de réflexion.

Les affranchis ( Goodfellas )Les affranchis ( Goodfellas )
Les affranchis ( Goodfellas )Les affranchis ( Goodfellas )
Les affranchis ( Goodfellas )Les affranchis ( Goodfellas )

Voir les commentaires

Articles récents

Hébergé par Overblog