Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
valcogne.com Espace Libre

valcogne.com Espace Libre

Cinéma. Opinions d'un spectateur lambda, totalement subjectives mais sincères.

Articles avec #jean paul belmondo catégorie

Publié le par valcogne.over-blog.com
Publié dans : #Françaises Comédies, #Jeanne Moreau, #Jean Paul Belmondo, #Jean Pierre Marielle, #Alain Cuny, #Claude Brasseur, #Gert Froebe

Film franco-italien de Marcel Ophuls, de 1963, avec Jeanne Moreau, Jean Paul Belmondo, Jean Pierre Marielle, Alain Cuny, Claude Brasseur, Gert Froebe, ("Golfinger").Cathy veut venger son père, ruiné par deux escrocs, Bontemps et Lachard. Elle s'adresse à "Charlie beau sourire" et "Reynaldo,", en ajoutant à son équipe Michel, son ex mari. D'abord, le quatuor met Bontemps à genoux. Cathy désire garder le gâteau pour le partager avec Michel dont la fougue amoureuse est revenue et, pour cela, elle trompe les deux autres. Ces derniers ne l'entendent pas de cette oreille, les retrouvent sur la côte d'azur en voie d'abuser Lachard. Ils veulent leur part. Le couple réussira néanmoins à en finir, réparer une méprise, puis partir vers d'autres cieux, riches. A voir pour l'excellente distribution et la qualité de prestation des acteurs au service d'une histoire pourtant peu passionnante. Le noir et blanc est beau. On retrouve avec plaisir légèreté et joie de vivre qui caractérisaient les années soixante, sans oublier les décors et lieux authentiques où ont été tourné le film. En cette période difficile les spécialistes conseillent aux personnes de soigner leur nostalgie pour mieux vivre les évènements, "Peau de banane" peut au moins participer à cette thérapeutique qui ne coûte rien à la sécurité sociale.

Peau de bananePeau de banane
Peau de bananePeau de banane

Voir les commentaires

Publié le par valcogne.over-blog.com
Publié dans : #Ciné Polars Français, #Lino Ventura, #Jean Paul Belmondo, #Bernard Blier, #Andréa Parisy, #Reginald Kernan, #Gert Fröbe

Film franco-italien de 1964, d'Henri Verneuil, adaptation du roman " Nous n'irons pas au Nigéria", de Claude Veillot. Avec Lino Ventura, Jean Paul Belmondo, Bernard Blier, Gert Fröbe, Andréa Parisy, Reginald Kernan. Dans les années 1960, au Maroc, près du Sahara espagnol, Castigliano dirige une entreprise de transport dont il exploite honteusement les ouvriers. Il vient d'acquérir un poids lourd articulé rouge Berliet flambant neuf. Il embauche pour le conduire à deux mille kilomètres, chargé d'une cargaison valant cent mille dollars, un inconnu, la veille du départ. Ce convoi attire des convoitises. Le camion est volé avant même que le nouveau chauffeur s'en charge. Une course s'ensuit, pleine de rebondissements, de pannes, d'incidents, de retournements de situation. Derrière l'histoire, surtout une ode à l'amitié virile avec des acteurs convaincants qui, dans la vie, étaient aussi des potes. Ce qui, au passage, faisait la force de films de l'époque. Certains étaient appréciés, au delà de leurs histoires parfois faiblardes, à cause de l'authenticité que percevait le public de la complicité entre les acteurs transparaissant à l'écran. 

Cent mille dollars au soleilCent mille dollars au soleil
Cent mille dollars au soleilCent mille dollars au soleil

Voir les commentaires

Publié le par valcogne.over-blog.com
Publié dans : #Ciné Guerre, #Jean Paul Belmondo, #Jean-Pierre Marielle, #Pierre Mondy
Week end à Zuydcoote

Film Franco-Italien d'Henri Verneuil, de 1964, d'après le livre de Robert Merle, avec Jean-Paul Belmondo, Jean-Pierre Marielle, Marie Dubois, Georges Géret, François Périer, Catherine Spaak, Pierre Mondy. En Juin 1940, encerclés de toutes part, soldats Français et Anglais cherchent à s'évacuer. Les britanniques partent en priorité. Le sergent chef Julien Maillat assiste, impuissant, à la déroute. Pendant ces évènements dramatiques il fera la connaissance d'une jeune fille. Un excellent rôle pour Jean-Paul Belmondo très bien appuyé par ses consoeurs et confrères. Une page de l'histoire sur laquelle on passe généralement pudiquement pour préserver l'entente séculaire Franco-Anglaise. Mais les faits sont là: impitoyables, beaucoup de soldats du continent ne purent partir et furent soit faits prisonniers soit tués sous les bombardements allemands. Aujourd'hui, donc, vient un film de Christopher Nolan, décrivant le même évènement sous le titre: "DUNKIRK". Dunkerque, c'est DUNKERQUE et pas autre chose. Imaginons qu'un metteur en scène d'ici fasse un film sur " Los engelures" ou " Nouille York", ce serait plutôt scandaleux non ? Moralité, ce manque de savoir vivre ne me donne absolument pas envie de voir cette resucée de "Week-end à Zuydcoote" et je suis étonné que personne n'ait hurlé en découvrant ce titre phonétisé à la hache. Cette histoire est trop sérieuse pour qu'on la traite à la légère.

J'observe en passant que cette semaine les affiches du multiplex où je me rend n'affiche plus ce "Dunkirk" débile mais "Dunkerque" comme cela aurait du être dès le départ. Quelques réactions, salutaires, ont du faire leur effet. 

Week end à ZuydcooteWeek end à Zuydcoote
Week end à ZuydcooteWeek end à Zuydcoote

Voir les commentaires

Articles récents

Hébergé par Overblog