Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
valcogne.com Espace Libre

valcogne.com Espace Libre

Cinéma. Opinions d'un spectateur lambda, totalement subjectives mais sincères.

Articles avec #geoffrey lewis catégorie

Publié le par valcogne.over-blog.com
Publié dans : #Westerns Américains, #MEL GIBSON, #James Garner, #James Coburn, #Jodie Foster, #Graham Greene, #Geoffrey Lewis, #Dan Hedaya

Film américain de 1994, de Richard Donner, inspiré de la série télévisée de 1957 où James Garner jouait déjà le rôle de Bret Maverick. Il est encore ici en vedette avec Mel Gibson, Jodie Foster, James Coburn, Graham Greene, Alfred Molina. Pour les seconder sont présents la plupart des acteurs possibles et imaginables vus dans tous les westerns, tels: Geoffrey Lewis, Dan Hedaya, Doug Mac Clure, Denver Pyle, Dub Taylor etc...  Danny Glover passe en un éclair dans une saynète marrante. Bret Maverick est joueur. Il doit se rendre à un grand tournoi de poker, mais ses ennemis ont décidé qu'il raterait l’événement. C'est sans compter sur la Providence, son intelligence, l'aide intéressée d'une belle voleuse, d'un shérif cupide, et d'un Indien facétieux, redoutable marchand. A la première vision, j'avais été injuste avec ce film que je ne trouvais pas assez "western". En fait, il s'agit d'un vrai et bon western, bien filmé, plein de bonnes idées, de bons acteurs, où l'on a pris grand soin des décors,

 de la photographie, et qui se révèle une comédie vive et enjouée. 

Maverick
Maverick
Maverick
Maverick

Voir les commentaires

Publié le par valcogne.over-blog.com
Publié dans : #Clint Eastwood, #Westerns Américains, #Verna Bloom, #Geoffrey Lewis, #Mitchell Ryan, #Marianna Hill
L'homme des hautes plaines ( High plains drifter)

Film américain de 1973  de, et avec, Clint Eastwood, Verna Bloom, Marianna Hill, Mitchell Ryan, Geoffrey Lewis. Un inconnu débarque dans une petite ville non loin d'un lac. Des truands le menacent et...ils le regrettent vite, transformés en deux secondes à l'état de viande froide par ses soins. Trois de leurs amis sortent de prison. Les habitants, craignant des représailles mais incapables de se défendre par eux-mêmes, font appel à cet homme sans nom. Il accepte la tâche mais sous certaines conditions. Il use et abuse de cette délégation de pouvoir au risque de paraître cruel, voire sadique, sans que le spectateur comprenne bien pourquoi. Des flash-back bienvenus, à la sauce Sergio Leone, dont Clint Eastwood garde encore l'influence, nous aident à saisir le problème. Pendant son séjour cet homme des hautes plaines a pour mentor et fou du roi un homme de petite taille, malin et savoureux. Leurs dialogues et réflexions sont autant de moments de détente pendant le déroulement tendu de l'histoire. Pour son premier western réalisé, Eastwood donne d'entrée une oeuvre curieuse, peuplée de personnages typés, aux décors soignés, au paysage large, marquée de quelques idées très originales, presque surréalistes, rarement vues ailleurs. On retrouvera quelque chose de cette étrangeté dans " Pale rider" plus tard.

L'homme des hautes plaines ( High plains drifter)L'homme des hautes plaines ( High plains drifter)
L'homme des hautes plaines ( High plains drifter)L'homme des hautes plaines ( High plains drifter)

Voir les commentaires

Publié le par valcogne.over-blog.com
Publié dans : #Clint Eastwood, #Jeff Bridges, #George Kennedy, #Geoffrey Lewis
Le canardeur  ( Thunderbolt and Lightfoot )

Film américain de 1974 de Michael Cimino, produit par Clint Eastwood avec lui même et tous ses copains: George Kennedy, Geoffrey Lewis, Bill Mac Kinney, Dub Taylor notamment. En vedette: Jeff Bridges, sympathique, émouvant, formidable. Un spécialiste du perçage de coffre-fort à coups de canon est rattrapé par d'anciens complices qui veulent sa peau. Il est sauvé par un jeune homme un peu perdu mais malin et courageux qui se prend d'amitié pour lui, à son corps défendant, au départ. Après moult aventures et mésaventures notre quatuor décide de dévaliser de nouveau une banque à sa manière. Traité sous forme de comédie on passe de l'exposé sérieux de l'accomplissement d'un plan à un drame pur et simple. Film dans le film, en toile de fond, l'Amérique des années 70, héroïne incontournable décrite par petites touches acides ou drôles: une jeune fille en moto libertaire, un dingue en voiture, des touristes prêts à donner tout ce qu'ils ont par anticipation, un gardien obsédé et grotesque, des filles qui couchent pour un hamburger, des parents qui découvrent, effarés, que leur fille fait l'amour sous leur toit alors qu'ils la croient toujours  innocente. Un panégyrique de petites scènes montrant l'évolution des mœurs, qui nous explique, non sans saveur, que même des truands chevronnés doivent bosser comme le commun des mortels momentanément pour gagner de l'argent afin de réaliser leur affaire! Autres forces de cette oeuvre: les paysages ouverts, la complicité qu'on sent passer entre tous les acteurs, une absence de prétention qui en font un plaisir à voir quarante ans plus tard, j'ajouterai même: surtout.

Le canardeur  ( Thunderbolt and Lightfoot )Le canardeur  ( Thunderbolt and Lightfoot )
Le canardeur  ( Thunderbolt and Lightfoot )Le canardeur  ( Thunderbolt and Lightfoot )

Voir les commentaires

Publié le par valcogne.over-blog.com
Publié dans : #Clint Eastwood, #Ciné Comédies, #Geoffrey Lewis, #Sondra Locke

doux-dur-et-dingue.jpg

Films américains de 1978 et 1981 de James Fargo, avec Clint Eastwood, Geoffrey Lewis, Sondra Locke, Beverly d'Angelo, Ruth Gordon, William Smith, John Quade, Roy jenson, Bill mac Kinney. Philo Beddoe est camionneur. Il enrichit ses fins de mois en participant à des combats de boxe de rue où l'on parie sur les vainqueurs. Il a une petite vie de famille, un frère sympathique, une mère qui ne se laisse pas marcher sur les pieds et un singe adorable, Clyde, comme compagnon. On découvre pour la première fois Sondra Locke et les interrogations de Philo sur les motivations féminines. Des Hell's angels impossibles animent ces deux histoires à ras de bitume. Deux films ca-va-cogner.jpgqu'oncle Valcogne regarde toujours avec plaisir même s'il les connait par cœur.

"Doux, dur et dingue", "ça va cogner" .  ( Every wich way but loose ) ( Any wich way you can )"Doux, dur et dingue", "ça va cogner" .  ( Every wich way but loose ) ( Any wich way you can )
"Doux, dur et dingue", "ça va cogner" .  ( Every wich way but loose ) ( Any wich way you can )"Doux, dur et dingue", "ça va cogner" .  ( Every wich way but loose ) ( Any wich way you can )
"Doux, dur et dingue", "ça va cogner" .  ( Every wich way but loose ) ( Any wich way you can )"Doux, dur et dingue", "ça va cogner" .  ( Every wich way but loose ) ( Any wich way you can )

Voir les commentaires

Publié le par valcogne.over-blog.com
Publié dans : #Westerns Américains, #Luke Askew, #Geoffrey Lewis, #Billy Green Bush, #Gary Grimes, #Bo Hopkins, #BIlly Green Bush

Pour une fois un titre évocateur, bien trouvé, qui colle à ce western:Culpepper cattle Dick Richards 1972

américain, l'un de mes préférés. Tourné par Dick Richards, en 1972, avec Luke Askew, Geoffrey Lewis, Gary Grimes, Billy Green Bush, Bo Hopkins. L'histoire du troupeau de monsieur Culpepper, des hommes qui l'emmènent à travers les contrées et leur destin. Au hasard de leur périple ils rencontrent beaucoup d'obstacles, différents groupes d'individus, des "Bons" se réclamant de la "Religion", et des bandits. L'expérience montrera que la distinction entre les uns et les autres est bien moins manichéenne qu'on le suppose. Paysages, chevaux, cuir, bois, animaux, adolescents en apprentissage et vieux durs à cuire, tout y est. Geoffrey Lewis, (ami de Clint Eastwood, jouant son frère dans "ça va cogner" et "doux dur et dingue"), donne un registre différent mais toujours sympathique.  Beaucoup de films ont relaté avec plus ou moins de bonheur, d'esthétisme ou de réalisme, ces grandes migrations. Ici, on y est plongé plus qu'ailleurs, et mieux. Je l'avais beaucoup apprécié en le découvrant en 1972, l'ai revu avec plaisir. Cette fois encore, en 2019, j'ai profité de ce premier film d'un réalisateur singulier qui nous gratifia aussi du remake réussi d" Adieu ma jolie" avec Robert Mitchum dans le rôle de Philip Marlowe et Charlotte Rampling dans celui de la belle. 

La poussière, la sueur et la poudre   (The Culpepper cattle go)La poussière, la sueur et la poudre   (The Culpepper cattle go)
La poussière, la sueur et la poudre   (The Culpepper cattle go)La poussière, la sueur et la poudre   (The Culpepper cattle go)

Voir les commentaires

Publié le par valcogne.over-blog.com
Publié dans : #Ciné Comédies, #Geoffrey Lewis, #Paul le Mat, #Brion James

Film américain de Mike Marvin de 1992, avec Geoffrey Lewis, Paul le Mat, Brion James. Un génie se retrouve perdu sans sa lampe magique à Los Angeles. Il la cherche avec l'aide d'un junkman sans abri. Comédie bon enfant dont seuls les américains sont capables, mélangeant allègrement les milieux sociaux, les bons et les mauvais sentiments, des héros improbables. Une belle occasion de revoir Geoffrey Lewis, décédé le 7 Avril 2015, qui jouait souvent des rôles de méchants, tout en nous faisant rire aux côtés de Clint Eastwood dans "Doux dur et dingue" et" ça va cogner". 

Wishman
Wishman
Wishman

Voir les commentaires

Articles récents

Hébergé par Overblog