Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
valcogne.com Espace Libre

valcogne.com Espace Libre

Cinéma. Opinions d'un spectateur lambda, totalement subjectives mais sincères.

Articles avec #claude akins catégorie

Publié le par valcogne.over-blog.com
Publié dans : #Westerns Américains, #Troy Donahue, #Susan Pleshette, #Claude Akins, #Diane Mac Bain
La charge de la huitième brigade  ( A distant trumpet )
La charge de la huitième brigade  ( A distant trumpet )
La charge de la huitième brigade  ( A distant trumpet )

Film américain de 1964, de Raoul Walsh, avec Troy Donahue, Susan Pleshette, Diane Mac Bain, Claude Akins. En 1883, fraîchement émoulu de West Point, cavalerie des Etats-Unis, le lieutenant Matt Hazard prend son poste à fort Delivery, Arizona, près de la frontière mexicaine. Les Indiens, menés par le chef War Eagle, rôdent dans les environs, opèrent des coups de force, se réfugient derrière la frontière où on ne peut les suivre. Hazard sauve la femme de son commandant. Ce dernier est tué pendant une mission. Pour entraîner les soldats Hazard relance sport, entrainement, discipline. Le général Qwaint arrive enfin, décide d'une trêve avec les indiens. Ceux-ci l'acceptent mais, trahis par un major raciste, se révoltent. Hazard et le général vont devant le gouvernement, l'incitent à honorer sa promesse. L'exécutif finit par céder. Excellent western. 

La charge de la huitième brigade  ( A distant trumpet )La charge de la huitième brigade  ( A distant trumpet )
La charge de la huitième brigade  ( A distant trumpet )La charge de la huitième brigade  ( A distant trumpet )

Voir les commentaires

Publié le par valcogne.over-blog.com
Publié dans : #Ciné Polars Anglo-Saxons, #Lee Marvin, #Ronald Reagan, #Angie DIckinson, #Claude Akins, #John Cassavetes

Film américain de 1964, de Don Siegel, avec Lee Marvin, Ronald Reagan, Clu Gullager, Angie Dickinson, Claude Akins, John Cassavetes. Charlie Strom et Lee, deux tueurs à gages, sont chargés d'un contrat. Ils abattent froidement Johnny North, caché dans un institut d'aveugles où il enseigne. Il se laisse tuer sans résistance. Cela intrigue Charlie qui échafaude des hypothèses diverses pour comprendre cette étrange conduite. Avec son compère ils feront tout pour connaitre le fin mot de l'histoire et, peut-être, s'enrichir au passage.

Novateur, maîtrisé, à voir.

A bout portant  ( The killers )A bout portant  ( The killers )
A bout portant  ( The killers )A bout portant  ( The killers )

Voir les commentaires

Publié le par valcogne.over-blog.com
Publié dans : #Randolph Scott, #Westerns Américains, #Claude Akins, #Nancy Gates, #Richard Rust, #Skip Homeier

Film de 1959 de Bud Boetticher avec Randolph Scott, Nancy Gates, Claude Akins, Skip Homeier, Richard Rust et une belle bande de Comanches. Le thème de la femme blanche prisonnière des Indiens, délivrée par des inconnus, est ici traité avec force et subtilité. Comme toujours avec Boetticher il ne faut pas se fier aux apparences et les personnes et les évènements sont plus complexes qu'ils ne paraissent. On retrouve les paysages rocailleux d'autres westerns de l'auteur et notamment l'arbre au pendu de " La chevauchée de la vengeance", au départ au centre d'une clairière, Comanche station, devenue un petit lac. Comme dans la plupart des histoires tournées par Boetticher on appréciera la qualité, l'inventivité, des débuts et fins de ses films , et de celle-ci, à fortiori.

La prisonnière des Comanches  (Comanche station)La prisonnière des Comanches  (Comanche station)
La prisonnière des Comanches  (Comanche station)La prisonnière des Comanches  (Comanche station)

Voir les commentaires

Publié le par valcogne.over-blog.com
Publié dans : #Westerns Américains, #Warren Oates, #Claude Akins, #Yul Brynner, #Robert Fuller
Le retour des sept mercenaires  ( Return of the magnificent seven )

Après "Les sept mercenaires" il était difficile de faire mieux. Burt Kennedy eut le mérite d'essayer et de donner un bon rôle à Warren Oates dans ce film de 1966 avec aussi Robert Fuller, Julian Mateos et Claude Akins. On retrouve avec plaisir Yul Brinner, El indio, les paysages mexicains empruntés à l'Espagne, les chevaux, et l'attirail western usuel. Une suite ponctuée de trois assauts meurtriers où les cadavres se comptent par dizaines pour remplir le vide du propos, mais qui se laisse voir.

 

Le retour des sept mercenaires  ( Return of the magnificent seven )Le retour des sept mercenaires  ( Return of the magnificent seven )
Le retour des sept mercenaires  ( Return of the magnificent seven )Le retour des sept mercenaires  ( Return of the magnificent seven )

Voir les commentaires

Articles récents

Hébergé par Overblog