Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
valcogne.com Espace Libre

valcogne.com Espace Libre

Cinéma. Opinions d'un spectateur lambda, totalement subjectives mais sincères.

Publié le par valcogne.over-blog.com
Publié dans : #Westerns Américains, #Glenn Ford, #Van Heflin, #Felicia Farr, #Richard Jaeckel, #Leora Dana
3 h 10  pour Yuma
3 h 10  pour Yuma
3 h 10  pour Yuma

Film américain de Delmer Daves, de 1957, d'après un livre d'Elmore Leonard: "Three-ten to Yuma" avec Van Heflin, Glenn Ford, Leora Dana, Felicia Farr, Henry Jones, Richard Jaeckel. Devant un vol de diligence le brave Dan Evans, de peur de faire tuer ses enfants, laisse le bandit Ben Wade accomplir son forfait et voler ses chevaux. Il rassemble son maigre bétail, rentre à pied chez lui. La sécheresse frappe le pays, il doit agir. En ville pour demander un crédit, il apprend que Ben Wade s'y trouve. Il pense à la prime qui le sortirait de la misère, fait en sorte, après moult évènements de conduire le hors la loi dans le train de 3h10 devant l'amener à la prison d'état de Yuma. Ce western, classique, résiste au temps, les acteurs sont formidables, le rythme excellent, l'intensité forte. Le remake avec Russel Crow et Christian Bale  joue sur d'autres codes mais il est bon de connaitre l'un pour encore mieux apprécier l'autre, et réciproquement...

3 h 10  pour Yuma3 h 10  pour Yuma
3 h 10  pour Yuma3 h 10  pour Yuma
3 h 10  pour Yuma3 h 10  pour Yuma
3 h 10  pour Yuma

Voir les commentaires

Publié le par valcogne.over-blog.com
Publié dans : #Western stars, #Westerns Américains, #Van Heflin
Van Heflin

Né Emmet Evan Heflin Junior le 13 décembre 1910 à Walters, Oklahoma, USA, et décédé le 23 Juillet 1971 à Hollywood, Californie.

Westerns:

                 La piste de Santa Fé

                 Tomahawk

                 L'homme des vallées perdues

                 Révolte au Mexique

                 3h10 POUR YUMA

                 Ceux de Cordura

                 La diligence vers l'ouest

Voir les commentaires

Publié le par valcogne.over-blog.com
Publié dans : #John Wayne, #Westerns Américains, #Randolph Scott, #Marlene Dietrich
Les écumeurs  ( The spoilers )

Film américain, noir et blanc, de 1942, de Ray Enright avec Marlene Dietrich, John Wayne, Randolph Scott, Harry Carey, Margaret Lindsay. A Nome, en Alaska, des chercheurs d'or voient des intrigants se présentant comme des officiels venir tenter de s'emparer de leurs mines. Ne l'entendant pas de cette oreille, aidés par la patronne du saloon et l'homme qu'elle aime, ils se battront pour conserver leurs biens. La beauté de Marlene Dietrich n'est plus à vanter, même si on peine à croire qu'en des lieux aussi boueux les femmes aient pu porter des parures somptueuses comme celles qu'elle exhibe, c'est tout le charme du cinéma! Randolph Scott en méchant séducteur est efficace. John Wayne et lui s'appliquent avec coeur à détruire un bar entier en une bagarre typique du genre et plutôt...dynamique.

Les écumeurs  ( The spoilers )
Les écumeurs  ( The spoilers )
Les écumeurs  ( The spoilers )
Les écumeurs  ( The spoilers )

Voir les commentaires

Publié le par valcogne.over-blog.com
Publié dans : #Ciné Comédies, #Paul Newman, #Westerns Américains, #Harvey Keitel
Buffalo Bill et les indiens  ( Buffalo Bill and the indians )

Film américain de 1976, de Robert Altman, avec Paul Newman, Harvey Keitel, Burt Lancaster, Geraldine Chaplin, Joel Grey. Un point de vue qui semblait novateur à sa sortie. Des acteurs emblématiques à contre-emploi, quand cela est réussi, c'est réjouissant, ce n'est pas le cas ici. Ni vrai western ni vraie comédie, si, il y a quarante ans, j'ai pu le regarder entièrement par curiosité, cette fois je me suis arrêté à la moitié du film tant il est lent, fade, peu convaincant.

Buffalo Bill et les indiens  ( Buffalo Bill and the indians )Buffalo Bill et les indiens  ( Buffalo Bill and the indians )
Buffalo Bill et les indiens  ( Buffalo Bill and the indians )Buffalo Bill et les indiens  ( Buffalo Bill and the indians )

Voir les commentaires

Publié le par valcogne.over-blog.com
Publié dans : #Ciné Thriller, #Dustin Hoffman, #Andy Garcia
Confidence

Film de James Foley de 2003 avec Edward Burns, Rachel Weisz, Andy Garcia, Dustin Hoffman, Luis Guzman, Paul Giamatti, Robert Forster. Une bande d'arnaqueurs menée par Jake Vig s'attaque à un parrain qui, pour effacer leur ardoise, leur confie une mission. Ils organisent un coup contre un parrain encore plus puissant. Entre faux semblants, réalité, montage de l'affaire, apparences, on découvre le héros en fâcheuse posture au début du film qui, sous la menace d'une arme nous raconte comment il en est arrivé là. Un scenario solide et cohérent, des acteurs convaincants, un Dustin Hoffman étonnant en dur de dur et un Andy Garcia surprenant font de ce film une bonne surprise. Bonne image, déroulement assez vif, bonne musique: sympathique. Gagne à être connu.

ConfidenceConfidence
ConfidenceConfidence

Voir les commentaires

Publié le par valcogne.over-blog.com
Publié dans : #Françaises Comédies, #Gérard Depardieu, #Cécile de France
Quand j'étais chanteur

" Quand j'étais chanteur " est d'abord et avant tout une belle chanson, prémonitoire, juste, de Michel Delpech. Elle a inspiré ce titre et ce film de 2006 de Xavier Ginnoli avec Gérard Depardieu, Cécile de France, Mathieu Amalric, Christine Citti, Christophe. Alain Moreau est chanteur de bal à Clermont Ferrand. Il a eu une vie et rencontre, par l'intermédiaire d'un ami, une jeune femme seule avec un enfant. La belle et la bête, en quelque sorte. Les deux s'apprivoiseront. On connait mon affection relative du cinéma Français, digne du sketch des inconnus, où André aime Louise qui ne sait pas si elle couchera avec Louis qui lui même ignore les sentiments de Gwenola. Et bien, sans parler de chef d'oeuvre, j'ai été séduit par la grâce, le naturel de Cécile de France, le jeu juste et émouvant de Gérard Depardieu, qu'on croit, à tort, incapable de finesse. En plus, il chante bien, contrairement à d'autres qui ont un succès immérité en poussant la chansonnette. Reflet d'une époque, tourné dans une France qu'on reconnait bien, j'ai apprécié ce travail bien fait, les piqures de rappel du genre "C'était le bon temps" qui prouvent à quel point on est ringard en croyant ne pas l'être! Vanité, vanité, tempus fugit etc....

Quand j'étais chanteurQuand j'étais chanteur
Quand j'étais chanteurQuand j'étais chanteur
Quand j'étais chanteurQuand j'étais chanteur

Voir les commentaires

Publié le par valcogne.over-blog.com
Publié dans : #Ciné Aventures, #Clark Gable, #Yvonne de Carlo

Film américain de Raoul Walsh, de 1957, tiré du roman "Band of angels" de Robert Penn Warren, avec Clark Gable, Yvonne de Carlo, Sydney Poitier, Ephrem Zimbalist, Patrick Knowles, Carolle Drake. Amantha Starr est fille de son riche père en Louisiane et d'une esclave noire de sa plantation. Au décès de l'homme, la vérité éclate.  Pour s'emparer de l'héritage sa propre sœur abandonne Amantha. Elle est vendue à un immonde marchand qui la met aux enchères comme du bétail. Hamish Bond, la rachète, la protège, à son propre étonnement. Aventurier, il a été marin, esclavagiste aussi. Il traîne un lourd secret familial. Amantha, convoitée, devra se défendre envers les amoureux aux préjugés tenaces, les sincères et ceux qui perdent la tête. La guerre de sécession éclate? Hamish Bond brûle tout derrière lui. Son voisin est pendu et on offre une prime pour sa capture. Le destin aidera le couple à s'enfuir vers un monde meilleur. Les blancs sont ici à peu près tous d'arrogants salopards, lâches en plus. Même sous couvert de libération les Nordistes n'étaient pas meilleurs que les autres: quand un capitaine apprend à son général qu'il a pu enrôler un nombre significatif de gens de couleur, son supérieur se réjouit de les envoyer en première ligne se faire tuer.  Techniquement, l'image est belle, l'histoire se déroule sans temps morts.  Raoul Walsh, et ses interprètes, nous offrent un cadeau pour les rétines et les neurones.

L'esclave libre (Band of angels)L'esclave libre (Band of angels)
L'esclave libre (Band of angels)L'esclave libre (Band of angels)

Voir les commentaires

Publié le par valcogne.over-blog.com
Publié dans : #John Wayne, #Westerns Américains, #Geraldine Page, #Ward Bond, #Michael Pate, #Lee Aaker
Hondo, l'homme du désert  ( They call him Hondo )
Hondo, l'homme du désert  ( They call him Hondo )
Hondo, l'homme du désert  ( They call him Hondo )
Hondo, l'homme du désert  ( They call him Hondo )
Hondo, l'homme du désert  ( They call him Hondo )

Encore un film que j'avais édité et disparu du blog au changement de plate-forme, bref. Film américain de 1953 de John Farrow, originellement en trois dimensions, parachevé par John Ford, d'après un roman de Louis Lamour sur un scénario de l'ami de John Wayne: James Edward Grant, qui écrivit pour lui la plupart de ses plus belles répliques. Avec Geraldine Page, Ward Bond, Michael Pate, Lee Aaker, Leo Gordon, James Arness. Hondo Lane est métis, tireur d'élite, éclaireur pour l'armée. Attaqué par des Indiens il arrive à pied, flanqué de son fidèle chien, au ranch de madame Lowe et son fils. Il deviendra leur protecteur. Les Apaches mènent la guerre contre la cavalerie car le gouvernement central les a trompé. Le grand chef Vittorio a de bons rapports avec les Lowe, prend le petit garçon comme frère de sang. Il admire aussi la bravoure, le bon sens, d'Hondo. Les Apaches sont considérés ici avec empathie, on explique leurs mœurs et point de vue. Bien sûr, comme dans tout western, ils tombent comme des mouches en attaquant des convois, mais on comprend clairement pourquoi ils sont en colère. La fin du film est limpide aussi: la disparition annoncée des Apaches signe la fin d'un monde, le héros le regrette. La présence de l'enfant pouvait donner lieu à une imitation de"Shane", heureusement il n'en est rien. Geraldine Page est très crédible, John Wayne impeccable. A noter: Hondo est accompagné de son ami à quatre pattes, l'image  est très belle. Est ce par hasard que, de la même manière, Mad Max, autre idole du cinéma, soit suivi par un adorable roquet et compose une image de départ aussi forte dans Mad Max 2 ?

Hondo, l'homme du désert  ( They call him Hondo )Hondo, l'homme du désert  ( They call him Hondo )
Hondo, l'homme du désert  ( They call him Hondo )Hondo, l'homme du désert  ( They call him Hondo )
Hondo, l'homme du désert  ( They call him Hondo )Hondo, l'homme du désert  ( They call him Hondo )

Voir les commentaires

Publié le par valcogne.over-blog.com
Publié dans : #John Wayne, #Westerns Américains, #Bruce Dern
Les cow boys ( The cowboys )

Film américain de 1972, de Mark Rydell, avec une musique signée John Williams, avec John Wayne, Robert Carradine, Roscoe Lee Browne, Bruce Dern, Slim Pickens, Richard Farnsworth, Matt Clark, A Martinez. Le rancher Andersen, lâché par les hommes qui devaient l'assister pour convoyer du bétail à 600 kilomètres, est contraint d'embaucher les gamins de l'école. Il leur apprend les rudiments du travail, observe leurs qualités respectives, leurs progrès, avant de partir. Le thème rebattu du convoi est ici revivifié par la composition du groupe qui le forme. Le grand jour arrive vite. Un cuisinier courageux et facétieux rejoint l'équipe, seconde monsieur Andersen. Un voyou particulièrement vicieux, très bien interprété par Bruce Dern, leur donnera du fil à retordre. Les jeunes gens font l'apprentissage au long du voyage de la vie en commun, de découvertes diverses, de la cruauté gratuite, de l'adversité. Ils en sortiront grandis, marqués à jamais. John Wayne a 65 ans ici. Il est juste, imposant. C'est un régal de le voir chevaucher. Vedette incontestée il ne remplit pas tout le film, met en valeur les principaux protagonistes: ces enfants qui, grâce à lui surtout, deviendront des hommes, mieux: des cow-boys.

Les cow boys ( The cowboys )Les cow boys ( The cowboys )
Les cow boys ( The cowboys )Les cow boys ( The cowboys )
Les cow boys ( The cowboys )Les cow boys ( The cowboys )

Voir les commentaires

Publié le par valcogne.over-blog.com
Publié dans : #Westerns Américains, #Burt Lancaster, #Lee Marvin, #Jack Palance, #Claudia Cardinale, #Robert Ryan, #Woody Strode, #Ralph Bellamy
Les professionnels  (The professionals )

Film américain de Richard Brooks, de 1966, avec Burt Lancaster, Claudia Cardinale, Lee Marvin, Robert Ryan, Jack Palance, Woody Strode, Ralph Bellamy, Marie Gomez. La fine fleur du western dans une histoire simple, pleine d'intérêt: un magnat du rail demande à d'anciens aventuriers, qui ont participé jadis à la révolution mexicaine auprès de Pancho Villa, de ramener son épouse kidnappée par un homme redoutable qui en exige une rançon. Nos héros traverseront le désert, attaqueront des bandes qui veulent leur peau, s'en tireront après moult stratagèmes et accompliront leur mission. Mais les apparences sont trompeuses, les brutes peuvent changer, les choses ne pas être ce qu'elles semblent, les êtres surprendre. Paysages, action, dialogues savoureux, équipe épatante, héroïnes au caractère bien trempé font de cette œuvre un très bon western. On va ici à l'essentiel, les images sont belles, le réalisateur laisse quelques moments calmes bien placés agrémenter le récit, aider à percer les motivations de tous. Pour une fois, les bonus du DVD sont assez informatifs même si on tombe encore sur le côté obligé style:" Tout était si formidable!" car on sent bien qu'il doit y avoir une part de vérité. Un grand plaisir de le revoir. J'ai du voir ce film au moins cinq fois au fil du temps sans me lasser. 

 

Les professionnels  (The professionals )Les professionnels  (The professionals )
Les professionnels  (The professionals )Les professionnels  (The professionals )
Les professionnels  (The professionals )Les professionnels  (The professionals )
Les professionnels  (The professionals )Les professionnels  (The professionals )

Voir les commentaires

Articles récents

Hébergé par Overblog