Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
valcogne.com Espace Libre

valcogne.com Espace Libre

Cinéma. Opinions d'un spectateur lambda, totalement subjectives mais sincères.

Publié le par valcogne.over-blog.com
Publié dans : #Ciné Polars Anglo-Saxons, #Ryan Gosling, #Ron Perlman, #Carey Mulligan
Drive

Après la bonne surprise constituée par "The Town" de Ben Affleck, ce Drive, film américain,  de 2011, bien mené, bien filmé, de Nicolas Winging Refn, doté de bons acteurs, et montrant LA VILLE,  Los Angeles, où, semble t'il, ne puisse fleurir, du Dalhia Noir à Chinatown en passant par Los Angeles Confidential, que ce style d'histoire de fric, d'amour et de violence. On nous épargne les discours fleuves, souvent débiles, des protagonistes de ce type de polar. A chaque époque son genre, Dexter et autres tueurs motivés ont fait école. Ryan Gosling  crève l'écran, on le connait à peine et, déjà, on assiste à la même séance à une bande annonce où il officie dans le dernier film de Georges Clooney! Carey Mulligan est touchante et les méchants: soignés. Ron Perlman est un peu en dessous de ce qu'il peut donner, mais, comme il l'explique, il a cinquante neuf ans... doit diriger les "Sons of Anarchy" et s'occuper de l'enfer, il y a de quoi être fatigué, mais on a toujours autant de plaisir à le voir.

DriveDrive
DriveDrive

Voir les commentaires

Publié le par valcogne.over-blog.com
Publié dans : #Westerns Italiens

D'Umberto Lenzi, de 1968. Avec Peter Lee Lawrence et John Ireland. (Le premier, l'ange blond de Barbarella) Les seconds rôles habituels: le croque- mort malicieux, le brave homme qui se réveille; le shérif corrompu, rien que de très banal. Puis quelques idées marrantes, les fous dans la ville, le double jeu de certains. Il y a même un type au début, qui fait penser à Lee Van Cleef mais, non, ce n'est pas lui! Une belle occasion de rigoler, à condition d'aimer les séries Y, juste avant Z.

 

Pistolets pour un massacrePistolets pour un massacre
Pistolets pour un massacrePistolets pour un massacre

Voir les commentaires

Publié le par valcogne.over-blog.com
Publié dans : #Kevin Costner, #Westerns Américains, #Robert Duvall, #Chefs d'oeuvre divers, #Annette Benning, #Diego Luna
Open Range
Open Range
Open Range
Open Range
Open Range
Open Range

Film de 2003 de Kevin Costner. J'aime Kevin Costner, Robert Duvall, et  Annette Benning, en revoyant Open Range, j'ai apprécié de nouveau bien de ses aspects. Rôles secondaires soignés: les leçons de Sergio Leone ayant porté leurs fruits. Le jeune homme, Diego Luna, et son ami, qui accompagnent nos deux vieux cow boys, jouent juste, ainsi que le maréchal ferrant et les salopards de tout poil tels Kim Coates, affublé d'un ridicule chapeau melon, sadique jusqu'au bout des ongles. On retrouve de "L'Impitoyable" dans la scène où l'eau dégouline de partout et le héros s'enfonce dans la boue.  Costner, fidèle à son habitude, offre des images d’Épinal de l'Ouest à foison, tout y est: paysages, chevaux, vaches, tumulus où reposent les bons et leur infortunée chienne, saloon enfumé, petite maison dans la prairie. Pour montrer un final hallucinant où plus personne ne rigole et où l'on voit que, dans la colère, le meilleur des hommes peut penser qu'il a quelquefois eu tort d'être bon, pour ce que ça lui rapporte...

Un western, un vrai, un grand. Je l'ai revu quelques fois depuis cet article et l'apprécie de plus en plus.

Open RangeOpen Range
Open RangeOpen Range
Open RangeOpen Range

Voir les commentaires

Publié le par valcogne.over-blog.com
Publié dans : #Françaises Comédies, #Bruno Solo, #Yvan Le Bollock, #Shirley Bousquet, #Valérie Decobert
Espace Détente

Film de 2004 de Bruno Solo. Les créateurs de Caméra-café ont synthétisé leur bon  feuilleton dans un premier film en un épisode complet et pas par une suite de sketchs rafistolés pour faire plaisir à un public acquis. C'est là leur première force. La seconde, c'est celle des interprètes, excellents. Bruno Solo et Yvan Le Bollock, nous ont  fait passer de bons moments avec le comptable, le chef du personnel, Maeva, Juju, le vaguemestre surfeur, la petite amie de Bébert, le chauffeur, l'informaticien, le psychologue, et tous les autres... Sous des dehors de franche rigolade il existe une profondeur certaine dans cette oeuvre qui fustige la connerie et la bassesse érigés en système d'existence, où tout se monnaie, tout est révisable, où l'on est toujours du bon côté du manche. A moins d'être idiote comme cette pauvre Jeanne, qui, quoiqu'elle fasse, n'aura jamais ses mercredi mais n'oublie pas quelquefois d'être perverse... et donc moins bête qu'on ne pourrait croire. C'est malheureusement une vision du monde très juste, c'est pourquoi il vaut mieux en rigoler qu'en pleurer.

Espace DétenteEspace Détente
Espace DétenteEspace Détente
Espace DétenteEspace Détente

Voir les commentaires

Publié le par valcogne.over-blog.com
Publié dans : #Ciné Guerre, #Jeremy Renner, #Guy Pearce, #David Morse, #Evangeline Lilly
Démineurs  (The Hurt Locker )

Kathrin Bigelow nous a habitué , depuis ses jeunes vampires du désert en passant par "Point Break" et "Strange Days" à une création originale. Elle transcrit les sentiments et les ressorts masculins avec intérêt et justesse. Son "Démineurs", film de 2009 avec Jeremy Renner, Andrew Mackie, Guy Pearce, Brian Gerargthy, Ralph Finnes, David Morse, Evangeline Lilly, ne s'interroge pas sur la guerre, elle est présente et elle ne cherche ni à la valoriser ni à en faire l'apologie. Par contre, on suit l'itinéraire de quelques personnes aux réactions et motivations différentes. Le propos induit que l'adrénaline, le danger, le tutoiement avec la mort, se rencontrent seulement dans les conflits armés en omettant sciemment de montrer qu'on peut aussi bien les trouver ailleurs, en sauvant des gens d'un incendie, par exemple. Le héros principal joué par Jeremy Renner,( apprécié dans "The Town"), s'impose cette fois encore. La réalisation est soignée, on ne s'ennuie pas une seconde même si l'on attend avec impatience que l'ex épouse de James Cameron nous ébahisse avec un beau film de science-fiction.

Démineurs  (The Hurt Locker )Démineurs  (The Hurt Locker )
Démineurs  (The Hurt Locker )Démineurs  (The Hurt Locker )

Voir les commentaires

Publié le par valcogne.over-blog.com
Publié dans : #Ciné Comédies, #Michel Piccoli
Habemus papam

Film de Nanni Moretti de 2011 avec lui même, Michel Piccoli, Jerzy Sturh, Margherita Buy, Renato Scarpa. Une fois de plus, grosse artillerie publicitaire, film à voir absolument, bla bla bla  et, à la vision, juste quelque chose de sympathique qui peut passer sur petit écran, car porté par Michel Piccoli, qu'on aime depuis longtemps, et par des seconds rôles bien interprétés.

Pas de quoi grimper au ciel.

Habemus papam
Habemus papam

Voir les commentaires

Publié le par valcogne.over-blog.com
Publié dans : #Sam Shepard, #Eduardo Noriega, #Nicolaj Coster Waldau, #Stephen Rea, #Magali Solier, #Westerns Américains
Blackthorn

Film hispano-bolivo-franco-britannique de Mateo Gil, de 2011, avec Sam Shepard, Eduardo Noriega, Stephen Rea, Magali Solier, Nicolaj Coster Waldau: (Jaime Lannister de Game Of Thrones), Dominique Mac Elligott. Butch Cassidy, ayant échappé à la mort, vit secrètement comme vendeur de chevaux en Bolivie depuis des années sous le nom d'emprunt de James Blackthorn. Apprenant le décès d'Etta, compagne du Kid, (et de lui), il désire voir son fils, (ou neveu), avant de mourir, à San Francisco. Il rencontre un aventurier qui l'aidera à accomplir ce rêve. Malheureusement ils ont aux trousses une féroce bande d'indiens voulant leur peau. Blackthorn perd des êtres chers, retrouve ses marques. Devant l'adversité, les drames, il prouve qu'il a plus d'un tour dans son sac. Sans vouloir être vexant, il nous démontre aussi qu'il chante comme une casserole! Cette dernière aventure se déroule en partie dans les déserts Boliviens, les paysages sont splendides. A la troisième lecture, je découvre encore des détails et continue d'apprécier Blackthorn.
 

BlackthornBlackthorn
BlackthornBlackthorn

Voir les commentaires

Publié le par valcogne.over-blog.com
Publié dans : #Ciné Science-.Fiction, #Héros BD, #Chris Evans, #Samuel L Jackson, #Hugo Weaving, #Hayley Atwell, #Tommy Lee Jones, #Sebastian Stan

 

Ode attendue au grand frère. Age mental: 12 ans. Des hangars et des engins inspirés de BD américaines et françaises, Marvel, "Le Grand Jeu", les livres sur des uchronies talentueuses, etc. Les James Bond d'antan rêvaient de faire ça, les moyens actuels le réalisent. La bonne idée : prendre le méchant Mr Smith, de "Matrix" comme super-super méchant ! Une héroïne brune et jolie .On nous épargne l'éternelle scène d'amour débile avec deux corps qui font semblant de s’emmêler sur une musique merdique! Deux bons points donc. Le héros est plutôt sympa, on se demande comment ils ont réussi à le filmer maigrichon puis balèze, magie du cinéma! Question image: beau travail. Question explosions idem. 3 D assez fluide , bien dynamique. Avec 30 degrés dehors, salle avec air conditionné, deux bonnes heures de rigolade, pourquoi pas? Deux conseils : à éviter sur un écran mouchoir de poche ou sur la télé demain .Et méfiez vous des anciens dieux, quand même.

Captain America ; the first avengerCaptain America ; the first avenger
Captain America ; the first avengerCaptain America ; the first avenger

Voir les commentaires

Publié le par valcogne.over-blog.com
Publié dans : #Robert Rodriguez, #Ciné Action, #Danny Trejo, #Jessica Alba, #Don Johnson, #Jeff Fahey, #Robert de Niro, #Michelle Rodriguez
Machete

J'ai vu Machete pour la seconde fois en DVD après l'avoir découvert au cinéma. Dans les deux cas, je dis bravo: voila du vrai cinéma, léché, barré, coloré, acide, fruité, plein de sexe et de fureur. Cela fait déjà beaucoup. Pour enfoncer encore le clou, les actrices et acteurs, formidables: Danny Trejo qui tient tout d'un bout à l'autre, enfin reconnu à sa juste valeur. Jessica Alba, belle et sympa, Michelle Rodriguez, sympa et belle, Robert de Niro, décalé à souhait! Steven Seagal qui joue ailleurs systématiquement des héros survitaminés, déterminés et quelquefois un peu... concon, est ici un méchant assez malin. L'estimé Don Johnson, empâté mais reconnaissable, joue à la perfection le salopard de service...d'immigration, auto-proclamée. Bien sûr, il y a du gore à gogo, âmes sensibles et prenant les images au premier degré, s'abstenir. Pour les autres, ne ratez pas ce chef d'oeuvre volontairement kitsch, hommage, dès le générique, au western Léonien et aux séries B et Z qui sous tendent le cinéma plus exigeant qui mène à Kubrick et autres génies, Tarkovsky , Kurosawa et nous en passons... Jeff Fahey, loin du loubard de Silverado, nous régale aussi ici en homme cruel confronté aux problèmes familiaux de monsieur tout le monde...

 

MacheteMachete
MacheteMachete
MacheteMachete

Voir les commentaires

Publié le par valcogne.over-blog.com
Publié dans : #Ciné Fantastique, #Emily Browning, #Scott Glenn, #Abbie Cornish, #Jena Malone, #Vanessa Hudgens, #Jamie Chung
Sucker Punch

Film américain de Zack Snyder, de 2011. "Sucker Punch " est diablement bien fait, avec une bande son recherchée (qui connait White Rabbit et Jefferson Airplane aujourd'hui?) des incursions sans fard dans les jeux vidéos et les bandes dessinées. On pourrait dire: du pompage, encore. Peut-être, mais du vrai cinéma, de vraies images, une histoire qui s'adresse à des gosses, mais pas bête. Passons sur les jeunes filles en minijupes et, sincèrement, examinons plutôt leur talent. Cerise sur le gâteau: Scott Glen en petit scarabée actualisé, une psychiatre polonaise et un méchant méchant qui se révèle bon chanteur. Surtout, ne partez qu'à la toute fin du film.

Sucker PunchSucker Punch
Sucker PunchSucker Punch

Voir les commentaires

Articles récents

Hébergé par Overblog