Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
valcogne.com Espace Libre

valcogne.com Espace Libre

Cinéma. Opinions d'un spectateur lambda, totalement subjectives mais sincères.

Publié le par valcogne.over-blog.com
Publié dans : #Ciné Thriller, #Luke Bracey, #Nina Dobrev, #Crispin Glover

Film franco-canadien de Roger Avary, de 2019, avec Luke Bracey, Nina Dobrev, Crispin Glover, Marc Dacascos, Tomer Sisley, Nadia Farès, Ella Ryan Quinn. En 1994 Roger Avary avait réalisé " Killing Zoé" qui eu un grand succès. " Lucky day" était censé en être la suite et les spectateurs avisés attendaient beaucoup de lui. Condamné à deux ans de prison après une attaque de banque pendant laquelle son camarade est mort, Red retrouve la liberté, sa femme Chloé et sa fille Béatrice. Il est étroitement surveillé par Ernesto Sanchez, son officier de probation. En même temps, Luc Chaltel, le frère psychopathe de son complice décédé, veut à tout prix se venger de lui. Roger Avary explique qu'il a voulu rendre hommage aux films de Tony Scott là où d'autres pensent qu'il a fait du Tarentino exacerbé. D'autres encore regrettent le classicisme et la violence qui règnent. Les images, colorées, sont agréables, l'histoire n'est pas plus mauvaise qu'une autre, les acteurs plutôt bons, les allusions constantes à la France, réjouissantes. Pour moi c'est surtout un grand rôle, caricatural certes, pour Crispin Glover, qui prend ici sa juste place. Tomer Sisley compose un barman veule et surprenant. 

Lucky dayLucky day
Lucky dayLucky day

Voir les commentaires

Publié le par valcogne.over-blog.com
Publié dans : #Chefs d'oeuvre divers, #Ciné Science-.Fiction, #Brad Pitt, #Tommy Lee Jones, #Donald Sutherland

Film américain de 2019, de James Gray, avec Brad Pitt, Tommy Lee Jones, Donald Sutherland, Liv Tyler. Roy McBride, ingénieur et pilote de la NASA, opère depuis l'espace pour un observatoire situé sur Terre. Sa station est détruite par un flux d'énergie terrible venu de Neptune. Échappant à la mort Roy est envoyé en mission vers cette planète, à la recherche de son père, parti seize ans plus tôt dans le but de découvrir une présence extra-terrestre possible. Sa mission nommée LIMA aurait continué, les actes de McBride père et ses assistants pourraient expliquer les perturbations frappant la Terre.  De la Lune, en passant par Mars, jusqu'à Neptune, Roy McBride dévoilera des secrets menaçant l'humanité et se rapprochera de son géniteur.  Acteur au top, splendeur visuelle, profondeur du sujet, réalisation énorme, un très beau film. A la seconde vision, après la découverte de la première, des détails me sont apparus et j'ai mieux apprécié l'histoire. 

Ad astraAd astra
Ad astraAd astra

Voir les commentaires

Publié le par valcogne.over-blog.com
Publié dans : #Westerns Italiens, #Lee van Cleef, #Ignazio Spalla, #Aldo Canti

Film de Gianfranco Parolini, de 1971, avec Lee Van Cleef, Reiner Shône, Ignazio Spalla, Giampiero Albertini, Aldo Canti. Ancien major confédéré Sabata exerce ses talents de tireur dans un cirque après la guerre de sécession. Il suit à la trace un faux monnayeur. Il arrive dans une petite ville où Clyde, autrefois lieutenant sudiste sous ses ordres, tient un salon de jeux. Le dénommé McIntock rackette les habitants soi disant pour financer des ouvrages publics. Sabata découvre que l'individu dépose de la fausse monnaie à la banque et se sert du vrai argent volé de force pour acheter de l'or. Aidé d'amis pittoresques et efficaces Sabata décide de s'emparer de ce trésor. Troisième film de la trilogie "Sabata", le second ayant pour héros Yul Brynner, on retrouve avec plaisir Lee Van Cleef dans celui-ci, foutraque et distrayant. 

Le retour de Sabata ( E tornato Sabata...hai chiuso un'altra volta )Le retour de Sabata ( E tornato Sabata...hai chiuso un'altra volta )
Le retour de Sabata ( E tornato Sabata...hai chiuso un'altra volta )Le retour de Sabata ( E tornato Sabata...hai chiuso un'altra volta )

Voir les commentaires

Publié le par valcogne.over-blog.com
Publié dans : #Westerns Italiens, #Lee van Cleef, #William Berger

 

Film de 1969, de Gianfranco Parolini, avec Lee Van Cleef, William Berger, Ignazio Spalla, Aldo Canti. J'ai chroniqué ce film il y a longtemps, allez savoir pourquoi, il avait disparu de mon blog. Bref. Faire et défaire...etc  Donc dans la ville de Daugherty un hold up est perpétré contre la banque. ( "perpétré" ça en jette, en bon Français, non ? ) Les bandits ont volé 100 000 dollars. Mais Sabata, joueur professionnel, les retrouve et les élimine. Il empoche au passage une belle récompense. Sabata découvre aussi les commanditaires du larcin: le patron du saloon, Fergusson, le juge O'Hara, le capitaliste Stengel. Il décide  de les faire chanter pour grossir son pécule mais le gros propriétaire refuse de payer, lance des tueurs à ses trousses. Parodie marrante des westerns de Sergio Leone, où Lee Van Cleef a carrément les mêmes habits que dans "Le bon, la brute et le truand". On s'amuse bien. William Berger joue du banjo à sa manière, un Indien, ami de Sabata nous régale de ses prouesses d'équilibriste et Lee Van Cleef est à l'aise dans un rôle décalé. Ne pas se priver. 

Sabata  ( Ehi amico...c'é Sabata, hai chiuso ! )Sabata  ( Ehi amico...c'é Sabata, hai chiuso ! )
Sabata  ( Ehi amico...c'é Sabata, hai chiuso ! )Sabata  ( Ehi amico...c'é Sabata, hai chiuso ! )

Voir les commentaires

Publié le par valcogne.over-blog.com
Publié dans : #Ciné Science-.Fiction, #Charlton Heston, #Anthony Zerbe, #Rosalind Cash

Film américain de Boris Sagal, de 1971, tiré du roman de Richard Matheson " Je suis une légende", sans le suivre tout à fait. Avec Charlton Heston, Rosalind Cash, Anthony Zerbe, Paul Koslo. Après une guerre biologique entre la Russie et la Chine une grande partie de l'humanité est décimée. Robert Neville, ex-médecin militaire est immunisé grâce à un vaccin, le 93-B71, qu'il avait fabriqué et s'était auto-injecté. Il vit seul dans l'appartement-bunker qui l'abrite. Car des êtres ont survécu, des mutants albinos très sensibles à la lumière, qui se sont regroupés sous le nom de "La famille". Dirigés par un chef psychotique, Jonathan Matthias, ils exècrent la science, considèrent Neville comme un représentant de l'ancienne société et veulent le tuer. Dans la ville déserte, Neville cherche le jour sa pitance et  le repaire de la Famille pour la détruire. Capturé, il est sauvé par un groupe de survivants non-immunisés. A la demande de ceux-ci il accepte de recréer son 93-B71. Grosse série B emplie de charme, où la prouesse première est d'avoir rendu vides les rues entières d'une mégapole, où la seconde se lit dans beaucoup d'idées que je vous laisse le plaisir de découvrir. Sans compter Charlton Heston, toujours à la hauteur. Ce film est plus important qu'il n'y parait malgré ses imperfections. Il annonce "New-York" 1997 et bien d'autres œuvres de qualités diverses qui le suivirent. De plus il semble que ce soit le premier long métrage américain où un blanc embrasse une femme noire, rare, même en 1971. "La famille" est sans doute inspirée de celle de Charles Manson, nous avons ainsi le lien subliminal avec " Il était une fois à Los Angeles" et baignons dans l'actualité. 

Le survivant ( The Omega Man )Le survivant ( The Omega Man )
Le survivant ( The Omega Man )Le survivant ( The Omega Man )

Voir les commentaires

Publié le par valcogne.over-blog.com
Publié dans : #Vampires, #Ciné Fantastique, #Kate Beckinsale, #Scott Speedman, #Derk Jacobi, #Bill Nighy, #Underworld

Film américain de 2006, de Len Wiseman, avec Kate Beckinsale, Scott Speedman, Derek Jacobi, Bill Nighy, Tony Curran. Suite du conflit entre les vampires et les lycans. Sélène doit neutraliser le dernier chef des Anciens, devenu un être hybride qui veut libérer son frère, un lycan sanguinaire. Sélène découvre la vérité sur ses origines, intimement liée aux racines de la guerre qui déchire vampires et lycans depuis des siècles. Sympa.

Underworld 2 : evolutionUnderworld 2 : evolution
Underworld 2 : evolutionUnderworld 2 : evolution

Voir les commentaires

Publié le par valcogne.over-blog.com
Publié dans : #Françaises Comédies, #François Civil, #Ana Girardot, #Camille Cottin, #François Berléand

Film de Cédric Klapisch, de 2019, avec Ana Girardot, François Civil, Camille Cottin, François Berléand, Simon Abkarian. Deux jeunes trentenaires, seuls à Paris, habitant à deux mètres l'un de l'autre, cherchent l'âme sœur. L'une utilise les réseaux sociaux, vivant avec son temps, sans y trouver de réelle satisfaction. L'autre se débat avec ses soucis de travail, ses problèmes personnels. Comédie douce-amère, réussie, qui sent avec justesse le  monde moderne où tout le monde se croit accompagné sous prétexte qu'un téléphone portable est greffé à sa main droite. Ce thème de la rencontre est exploité de différentes façons, Cédric Clapisch, malicieusement, parle également de celle d'un adorable chat blanc avec les humains. ( Si je m'explique mal voir: " Chacun cherche son chat" ) 

Deux moi Deux moi
Deux moi Deux moi

Voir les commentaires

Publié le par valcogne.over-blog.com
Publié dans : #Françaises Comédies, #Alban Ivanov, #Ahmed Sylla, #Judith El Zein, #Christian Bujeau

Film de Varante Soudjian avec Ahmed Sylla, Alban Ivanov, Judith El Zein, Christian Bujeau, David Salles, Ornella Fleury. Pour échapper à des débiteurs très dangereux, Mika, petit escroc débrouillard, se fait incarcérer pour leur échapper. En prison il partage la cellule de Poutine, dingue de Russie, d'armes et de coups d'éclat. Grâce à ce dernier Mika passe un séjour plus "supportable". Dès sa sortie il décide de refaire sa vie. Trois ans plus tard, alors qu'il s'apprête à se marier avec la fille d'un riche homme d'affaire, Poutine débarque inopinément et colle à ses basques. Malgré une certaine propension à la violence en guise de diplomatie Poutine a un cœur d'or et pour lui le mot "amitié" veut dire quelque chose ! Mika devra composer avec lui. Ils partageront de nouvelles aventures. Pour ma part j'ai ri bien plus et beaucoup plus souvent que lors de la dernière comédie Française, consensuelle, trop dans le sens du vent, que j'ai vu dernièrement. Au passage notons les présences de David Salles sorti de sa " Petite histoire de France", excellent court diffusé à la télé, et de Christian Bujeau, maître d'arme dans "Kameloott". Des valeurs sûres accompagnant des actrices épatantes et deux acteurs principaux qui "jouent" juste. 

Inséparables

Voir les commentaires

Publié le par valcogne.over-blog.com
Publié dans : #Westerns Américains, #Robert Mitchum, #Dean Martin, #Inger Stevens

Film américain d'Henry Hathaway, de 1968, avec Robert Mitchum, Inger Stevens, Dean Martin, Roddy McDovall, Katherine Justice. En 1880 à Rincon, petite ville du Colorado, une partie de cartes tourne mal, un présumé tricheur est pendu sans procès. Les responsables dorment tranquilles jusqu'à l'arrivée d'un pasteur, tireur d'élite, installant ici son église. Les meurtriers sont assassinés un par un. En 1968, après l'impact causé par le western Italien, il semble qu'Henry Hathaway ait tenté de durcir son propos, rendu ses personnages plus amoraux. L'ennui c'est qu'il s'est directement inspiré de "La nuit du chasseur" et que Robert Mitchum, sans se forcer, reprend quasiment le même rôle, les mêmes habits, sans sourciller. Le spectateur sait d'avance qui est le tueur. Reste une bonne image, le plaisir de retrouver Robert Mitchum malgré tout, un Dean Martin sympathique et l'adorable Inger Stevens. 

5 cartes à abattre  ( Five card stud )5 cartes à abattre  ( Five card stud )
5 cartes à abattre  ( Five card stud )5 cartes à abattre  ( Five card stud )

Voir les commentaires

Publié le par valcogne.over-blog.com
Publié dans : #Chefs d'oeuvre divers, #Westerns Américains, #John Wayne, #James Stewart, #Lee Marvin, #Lee van Cleef, #Vera Miles
L'homme qui tua Liberty Valance ( The man who shot Liberty Valance )
L'homme qui tua Liberty Valance ( The man who shot Liberty Valance )
L'homme qui tua Liberty Valance ( The man who shot Liberty Valance )
L'homme qui tua Liberty Valance ( The man who shot Liberty Valance )
L'homme qui tua Liberty Valance ( The man who shot Liberty Valance )
L'homme qui tua Liberty Valance ( The man who shot Liberty Valance )
L'homme qui tua Liberty Valance ( The man who shot Liberty Valance )

Film américain de John Ford, de 1962, avec John Wayne, James Stewart, Lee Marvin, Lee Van Cleef, Wooddy Strode, Vera Miles , Edmond O'Brien, L'avocat idéaliste Stoddard vient dans l'Ouest pour y apporter la légalité. A peine arrivé sa diligence est attaquée et le chef de la bande le laisse pour mort. Il apprend par le cow-boy Tom Doniphon le nom de son agresseur: le redoutable Liberty Valance. Stoddard tient à ses principes, à la non violence. Il sera mis devant celle-ci, obligé de répliquer. J'ai réalisé n'avoir pas chroniqué ce film magnifique, à l'histoire détaillée, aux héros attachants, singuliers, aux sentiments bien expliqués. Comme toujours John Ford s'attache aussi aux seconds rôles, les rend marquants: Woody Strode, Lee Van Cleef, Edmond O'Brien, ne font pas de la figuration.  " L'homme qui tua Liberty Valance", passé très souvent à la télévision,  continuera longtemps de fasciner les amoureux du western et ceux qui aiment le cinéma tout court. 

L'homme qui tua Liberty Valance ( The man who shot Liberty Valance )L'homme qui tua Liberty Valance ( The man who shot Liberty Valance )
L'homme qui tua Liberty Valance ( The man who shot Liberty Valance )L'homme qui tua Liberty Valance ( The man who shot Liberty Valance )

Voir les commentaires

1 2 > >>

Articles récents

Hébergé par Overblog