Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
valcogne.com Espace Libre

valcogne.com Espace Libre

Cinéma. Opinions d'un spectateur lambda, totalement subjectives mais sincères.

Publié le par valcogne.over-blog.com
Publié dans : #Westerns Italiens
Roy Colt et Winchester Jack

Film Italien de Mario Bava, de 1970, avec Brett Halsey, Charles Southwood, Marilù Tolo, Teodoro Corrà, Isa Miranda. Roy et Jack sont voyous, amis et rivaux. Roy décide d'embrasser une vie honnête, Jack de continuer sa route de desperado. Le Révérend, chef d'une bande adverse, dérobe une carte conduisant à un trésor et engage Jack à sa suite. Devenu Shérif, Roy ne l'entend pas de cette oreille et aimerait s'emparer du pactole. 

Mario Bava aurait été bien inspiré de rester dans ses domaines de prédilection, fantastique, science-fiction, policier, aventure, plutôt que commettre cette énième parodie western, lourde, mal jouée, avec une pure Italienne qu'on veut faire passer en vain pour une indienne et des personnages ridicules. Je suis pourtant du genre indulgent, et même capable de goûter des daubes que n'apprécient personne, mais là,  à mon grand dam,  je trouve qu'en comparaison les "Trinita" font figure de chefs d'oeuvres. Valcogne voulut voir, Valcogne en bava.

Roy Colt et Winchester Jack
Roy Colt et Winchester Jack Roy Colt et Winchester Jack
Roy Colt et Winchester Jack

Voir les commentaires

Publié le par valcogne.over-blog.com
Publié dans : #Westerns Américains, #Paul Newman
Le plus sauvage d'entre tous (Hud)

Film américain de 1963 de Martin Ritt avec Paul Newman, Patricia Neal, Melvyn Douglas, Brandon De Wilde, Whit Bissel. Hommer Bannon est propriétaire d'un ranch au Texas, son fils, Ted dans la version française, Hud, dans la version américaine, a jadis causé la mort de son frère. Il est violent, séducteur impénitent, et n'hésiterait pas à faire déclarer son père atteint de sénescence pour le placer en maison de soins et faire main basse sur l'héritage qu'il dirigerait à sa façon, notamment en ouvrant la possibilité d'ouvrir des champs pétrolifères contre la volonté de son aïeul. L'un et l'autre vont se combattre sans merci, entrainant leur entourage dans le drame. Un rôle en or pour Paul Newman, homme sans foi ni loi, bousculant tout sur son passage, dont l'égoïsme infantile trouve ses racines dans des profonds complexes touchant à l'impuissance de n'avoir pu changer le destin et obtenir de la vie tout ce qu'elle pouvait, devait, à ses yeux, lui apporter. Une très belle image en noir et blanc et une musique signée Léonard Bernstein appuient l'ensemble, au ton passionnant.

Le plus sauvage d'entre tous (Hud)
Le plus sauvage d'entre tous (Hud)Le plus sauvage d'entre tous (Hud)
Le plus sauvage d'entre tous (Hud)

Voir les commentaires

Publié le par valcogne.over-blog.com
Publié dans : #Ciné Polars Français, #Jean Gabin
Gas oil

Film de Gilles Grangier, de 1955, avec Jean Gabin, Jeanne Moreau, Ginette Leclerc, Marcel Bozzufi, Roger Hanin, Robert Dalban, Henri Crémieux. Jean Chappe est routier à Clermont Ferrand. Un jour qu'il pleut des cordes, sans visibilité, il écrase un homme allongé sur la route près de sa voiture. Il l'ignore, mais ce mort a participé à un vol meurtrier et s'est envolé avec l'argent. Ses complices entendent  récupérer celui-ci et viennent de Paris persécuter Jean, convaincus qu'il a pris le magot pour lui. Aidé par ses amis camionneurs, Jean retrouvera une vie normale et pourra convoler avec Alice, sa femme de coeur. Il existe un contraste difficile à comprendre entre la violence des truands qui n'hésitent pas à tuer des innocents lors du braquage et l'aspect presque bon enfant de l'histoire avec de braves routiers qui défont une bande de malfrats en famille. Comme on va boire un beaujolais en somme. Sinon, c'est un plaisir de voir Gabin, Jeanne Moreau et autres. Aujourd'hui, soixante dix ans plus tard, on regarde une sorte de documentaire en admirant les paysages et les routes tels qu'ils étaient à l'époque. Le camion, par exemple, est un beau Willème LD 610, qui nous rappelle bien des souvenirs.

Gas oil
Gas oilGas oil
Gas oil

Voir les commentaires

Publié le par valcogne.over-blog.com
Publié dans : #Ciné Guerre, #Robert de Niro, #Chefs d'oeuvre divers
Voyage au bout de l'enfer

Film Britannico-Américain de Michael Cimino, de 1978, avec Robert de Niro, Christopher Walken, Meryl Streep, John Savage, John Cazale. En 1968, Michael, Nick et Steven, trois amis, travaillent dans la sidérurgie à Clairton, en Pennsylvanie. Dans leurs moments de détente ils partent chasser le cerf dans les montagnes. Steven se marie avec Angela. Deux ans plus tard les trois hommes sont capturés au Vietnam par les combattants du pays. Ils les obligent à jouer à la roulette russe. A la faveur d'un de ces jeux ils parviennent à s'évader mais Steven fait une chute et ses jambes sont brisées. Nick est hospitalisé en psychiatrie. A sa sortie, il gagne de l'argent en risquant sa vie dans un tripot où il défie la chance en posant son révolver sur sa tempe et en tirant. Mike assiste à cette folie mais, ne pouvant ramener Nick à la raison, revient à Clairton. Plus tard il retournera au Vietnam pour le sauver mais Nick préfère continuer ses paris et se tire une balle dans la tête. Mike ramènera le corps de Nick à Clairton comme il le lui avait promis.

Voyage au bout de l'enfer
Voyage au bout de l'enferVoyage au bout de l'enfer
Voyage au bout de l'enferVoyage au bout de l'enfer

Voir les commentaires

Publié le par valcogne.over-blog.com
Publié dans : #Ciné Thriller
Good Time

Film américain de Joshua et Ben Safdie avec Robert Pattinson, Jennifer Jason Leigh, Barkhad Abdi. Connie braque une banque avec son frère handicapé. Cela tourne mal et Nick est arrêté. Connie, pour obtenir la caution qui permettrait de libérer Nick, se démène à fond. Bon. Voila un film trépidant qui eu les honneurs du festival de Cannes et de très bonnes critiques. Rien à dire sur le jeu, excellent, de Pattinson. Sinon, j'ai détesté la musique, trop bruyante, prise de tête. Tout le monde admire le courage de cet homme prêt à faire n'importe quoi pour protéger sa famille. On oublie allégrement au passage que pour y parvenir il n'hésite pas à tromper les faibles, tuer un innocent, concourir à la mort d'un de ses copains et j'en passe. Je ne vois pas ce qu'il y a d'admirable là dedans. Si tous les désespérés agissaient de la même manière il n'y aurait plus grand monde sur terre.

Good Time
Good Time

Voir les commentaires

Publié le par valcogne.over-blog.com
Publié dans : #Ciné Guerre, #Frank Sinatra, #Steve Mc Queen, #Charles Bronson
La proie des vautours

Film américain de John Sturges de 1959 avec Frank Sinatra, Gina Lollobrigida, Steve Mc Queen, Charles Bronson, Peter Lawford, Brian Donlevy. Philip Anh, Richard Johnson. Tiré du livre de Tom M Chamales. Les capitaines Reynolds et De Mortimer se battent dans la jungle birmane contre les forces impériales Japonaises. En se rendant à Calcutta pour trouver des médicaments pour ses hommes Reynolds fait connaissance avec une jeune femme dont il tombe amoureux. Elle n'est pas libre mais l'aime aussi. Il repart au combat et, à la suite de nombreuses attaques, passe la frontière chinoise et fait des prisonniers, qu'on exécute. Il risque de passer en cours martiale pour avoir désobéi aux ordres et manquer déclencher un grave incident diplomatique. Un rôle en or pour Steve Mc Queen, qui crève l'écran, pour Charles Bronson qu'on voudrait voir plus longtemps, et un Frank Sinatra à la hauteur du sujet. La copie est superbe. Excellent.

La proie des vautours
La proie des vautours La proie des vautours
La proie des vautours

Voir les commentaires

Publié le par valcogne.over-blog.com
Publié dans : #Ciné Comédies, #Leslie Nielsen
The naked gun 33 1/3 ( Y a t'il un flic pour sauver hollywood )

Film Américain, troisième opus de la série des " Y a t'il un flic", de 1994, de Jerry Zucker, Jim Abrahams, et David Zucker, avec Leslie Nielsen, Priscilla Presley, OJ Simpson, George Kennedy, Raquel Welch. Fred Ward. Le policier Frank Drebin décide de jouir d'une retraite bien méritée. Mais un dangereux criminel veut s'attaquer à Hollywood pendant la cérémonie des Oscars. Ses vieux partenaires demandent son aide, et malgré les promesses à son épouse, l'instinct étant plus fort que tout, il reprendra du service pour notre plus grande joie. Avalanche de gags, outrances de Leslie Nielsen, rien ne manque. Une bonne détente.

The naked gun 33 1/3 ( Y a t'il un flic pour sauver hollywood )
The naked gun 33 1/3 ( Y a t'il un flic pour sauver hollywood )The naked gun 33 1/3 ( Y a t'il un flic pour sauver hollywood )
The naked gun 33 1/3 ( Y a t'il un flic pour sauver hollywood )

Voir les commentaires

Publié le par valcogne.over-blog.com
Publié dans : #Westerns Américains, #Gary Cooper
L'homme de l'Ouest

Fim Américain d'Anthony Mann, de 1958, avec Gary Cooper, Julie London, Lee J Cobb, Arthur O connel. Link Jones vient dans la petite ville de Cross Cut, au Texas, dans l'espoir d'y trouver une institutrice pour son village. Ses habitants l'ont mandaté pour la chercher et lui ont confié une somme d'argent en conséquence. Un filou pense pouvoir le flouer et lui présente une chanteuse de cabaret comme étant maitresse d'école. Link est moins idiot qu'il ne le montre et déjouera le piège. Cependant, à la faveur d'un arrêt de leur train, le trio est attaqué par des bandits et dévalisé. Ils en réchappent, marchent, et tentent de se réfugier dans une ferme abandonnée. Link la connait bien. A l'intérieur, la bande du chemin de fer, le capture. Et il retrouve un homme qu'il a quitté depuis bien longtemps lorsqu'il a décidé de devenir honnête: Dock Tobin. Celui-ci pense que Link est de retour pour continuer les aventures avec lui, son père adoptif qui lui a tout appris. Pour sauver la jeune femme et le joueur Link devra agir prudemment, les hommes de mains de Dock ne croyant pas une seconde à sa  nouvelle posture. Très bon film. Lee J Cobb trouve ici un de ses meilleurs rôles et Gary Cooper et Julie London sont parfaits.

L'homme de l'Ouest
L'homme de l'OuestL'homme de l'Ouest

Voir les commentaires

Publié le par valcogne.over-blog.com
Publié dans : #Ciné Thriller, #Paul Newman
La toile d'araignée

Film Américain de 1975, de Stuart Rosenberg, d'après le livre de Ross Macdonald, Noyade en eau douce, avec Paul Newman; Joanne Woodward, Anthony Franciosa, Melanie Griffith, dont c'est la première apparition au cinéma. Suite de "Détective privé". Lew harper, dont nous avons fait connaissance dans ce dernier film, est appelé par une ancienne conquête pour une affaire de chantage où sa fille est impliquée. Il se retrouve pris dans les intérêts contradictoires d'un policier, d'un magnat du pétrole et de la jeune fille. Malgré quelques moments originaux et la présence, toujours agréable, de Paul Newman, l'histoire alambiquée me séduit moins que "Détective privé".

La toile d'araignée
La toile d'araignéeLa toile d'araignée
La toile d'araignée

Voir les commentaires

Publié le par valcogne.over-blog.com
Publié dans : #Ciné Guerre, #Jean Paul Belmondo
Week end à Zuydcoote

Film Franco-Italien d'Henri Verneuil, de 1964, d'après le livre de Robert Merle, avec Jean-Paul Belmondo, Jean-Pierre Marielle, Marie Dubois, Georges Géret, François Périer, Catherine Spaak, Pierre Mondy. En Juin 1940, encerclés de toutes part, soldats Français et Anglais cherchent à s'évacuer. Les britanniques partent en priorité. Le sergent chef Julien Maillat assiste, impuissant, à la déroute. Pendant ces évènements dramatiques il fera la connaissance d'une jeune fille. Un excellent rôle pour Jean-Paul Belmondo très bien appuyé par ses consoeurs et confrères. Une page de l'histoire sur laquelle on passe généralement pudiquement pour préserver l'entente séculaire Franco-Anglaise. Mais les faits sont là: impitoyables, beaucoup de soldats du continent ne purent partir et furent soit faits prisonniers soit tués sous les bombardements allemands. Aujourd'hui, donc, vient un film de Christopher Nolan, décrivant le même évènement sous le titre: "DUNKIRK". Dunkerque, c'est DUNKERQUE et pas autre chose. Imaginons qu'un metteur en scène d'ici fasse un film sur " Los engelures" ou " Nouille York", ce serait plutôt scandaleux non ? Moralité, ce manque de savoir vivre ne me donne absolument pas envie de voir cette resucée de "Week-end à Zuydcoote" et je suis étonné que personne n'ait hurlé en découvrant ce titre phonétisé à la hache. Cette histoire est trop sérieuse pour qu'on la traite à la légère.

J'observe en passant que cette semaine les affiches du multiplex où je me rend n'affiche plus ce "Dunkirk" débile mais "Dunkerque" comme cela aurait du être dès le départ. Quelques réactions, salutaires, ont du faire leur effet. 

Week end à Zuydcoote
Week end à ZuydcooteWeek end à Zuydcoote
Week end à Zuydcoote

Voir les commentaires

1 2 > >>

Articles récents

Hébergé par Overblog