Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
valcogne.com Espace Libre

valcogne.com Espace Libre

Cinéma. Opinions d'un spectateur lambda, totalement subjectives mais sincères.

Publié le par valcogne.over-blog.com
Publié dans : #Ciné Polars Anglo-Saxons, #Jeff Fahey, #Carrie Ann Moss
Eaux troubles

Film américain de John Bradshaw, de 1996, avec Jeff Fahey, Carrie  Anne Moss, Kim Coates, Gary Busey. Casting prometteur pour une histoire embrouillée, mal foutue, qui gâche tout effort des acteurs pour élever le débat. Image nulle, seconds rôles sans épaisseur, musique pourrie, il faut vraiment s'appeller Valcogne pour regarder des films pareils n'ayant même pas le charme étrange de certains nanards.

Eaux troublesEaux troublesEaux troubles

Voir les commentaires

Publié le par valcogne.over-blog.com
Publié dans : #Ciné Comédies, #Penelope Cruz, #Salma Hayek, #Sam Sheppard

Film américain de 2005, de Joaquim Renning et Espen Sandberg, sur une idée de Luc Besson...Vrai-faux western tourné dans de beaux extérieurs avec pour vedettes Salma Hayek et Pénélope Cruz. Sam Sheppard fait une jolie apparition, Steve Zahn un benèt sympathique, Dwight Yoakam le méchant de service. Mention spéciale aux acteurs animaux: un chien malicieux, des chevaux débrouillards et un âne, sans qui le film serait moins drôle. De la bonne humeur, une histoire simple, des héroïnes séduisantes qui pensèrent clairement à "Viva Maria" sans dépasser leurs illustres consœurs, un bon divertissement. Pas assez génial pour mériter la rubrique Western mais suffisamment pour rejoindre celle des Comédies. A noter: bon son, une belle image très colorée, plans soignés, ensemble technique impeccable.bandidas.jpg

BandidasBandidas
BandidasBandidas
BandidasBandidas

Voir les commentaires

Publié le par valcogne.over-blog.com
Publié dans : #Ciné Aventures, #Jeff Fahey, #Eric Roberts, #Pamela Gidley

jeff-fahey.jpg

eric-roberts.jpg

Film de 1994 de John Irvin avec Pamela Gidley, Jeff Fahey et Eric Roberts. Série B d'action assez étrange avec histoire alambiquée. J'aime bien Eric Roberts et Jeff Fahey et la jeune actrice pamela Gidley change un peu des

habituelles. On part en Afrique, en Amérique, puis en Angleterre pour finir par les Pyrénées Françaises, ça promène agréablement. Seul bémol: la copie moyenne.

FreefallFreefall
FreefallFreefall

Voir les commentaires

Publié le par valcogne.over-blog.com
Publié dans : #John Wayne, #Westerns Américains, #KIm Darby, #Robert Duvall, #Dennis Hopper
Cent dollars pour un shérif  ( True grit )

True grit

Film américain de Henri Hattaway de 1969 avec John Wayne, Kim Darby, Glen Campbell, Robert Duvall, Dennis Hopper, Jeff Corey. Tiré du livre sorti en 1968 de Charles Portis "True grit". Une jeune femme cherche à venger son père. Elle s'adresse pour se faire à un homme picaresque, au caractère spécial. Un très bon western. Revu avec plaisir il y a quelques jours. 

Cent dollars pour un shérif  ( True grit )Cent dollars pour un shérif  ( True grit )
Cent dollars pour un shérif  ( True grit )Cent dollars pour un shérif  ( True grit )
Cent dollars pour un shérif  ( True grit )Cent dollars pour un shérif  ( True grit )

Voir les commentaires

Publié le par valcogne.over-blog.com
Publié dans : #Westerns Américains, #Rock Hudson, #Mary Castle, #Lee van Cleef
Victime du destin ( The lawless breed )

Film de Raoul Walsh de 1953, avec Julia Adams, Rock Hudson, John Mac Intire, Dennis Weaver, Lee Van Cleef, Mary Castle. Autobiographie de John Wesley Harding, écrite par lui même pendant ses seize années de détention dans le réputé bagne de Hunstville, au Texas. De l'action, des bons sentiments, des meurtres en état de légitime défense, des personnages bien campés et la seconde femme du héros très attirante au menu. Femme qui, pour une fois, ne joue pas les potiches énamourées mais montre un caractère assez subtil et reste fidèle envers son compagnon malgré le temps écoulé. Comme souvent on se réjouit de retrouver Lee Van Cleef et, comme souvent encore, jouant une fois de plus un rôle patibulaire, nous le voyons prématurément ravi à notre affection pour cause de mort violente. Image correcte. Pas de temps morts, un Raoul Walsh à redécouvrir.victime_du_destin-2.jpg

Victime du destin ( The lawless breed )Victime du destin ( The lawless breed )
Victime du destin ( The lawless breed )Victime du destin ( The lawless breed )

Voir les commentaires

Publié le par valcogne.over-blog.com
Publié dans : #Ciné Guerre, #Gregory Peck, #Roger Moore, #David Niven
Le commando de sa majesté  ( The sea wolves )

Film d'Andrew Mac Laglen de 1980 avec Roger Moore, Patrick Mac Nee, Gregory Peck, David Niven, Trevor Howard, et une délicieuse jeune femme: Barbara Kellerman. Les seconds rôles sont également typiques. Nous sommes en 1943, les Allemands ont trois bateaux basés en territoire Portugais neutre à Gao. Depuis l'un, ils communiquent des données à un sous-marin qui permet à sa marine de couler beaucoup de navires alliés. L'Angleterre décide une opération secrète pour mettre fin à ce carnage et rappelle des vétérans volontaires pour monter un commando et agir. L'histoire est basée sur des faits réels. Sans avoir le souffle des "Canons de Navarone" ni de "12 salopards", auxquels les éditeurs de la jaquette du DVD comparent cette oeuvre, elle a bien des aspects plaisants: la visite de Gao qu'on savoure au fil de l'action, assez lente, le jeu entre Roger Moore et Barbara Kellerman, la présence de tous ces grands acteurs qu'on apprécie et une copie nette et propre.

Le commando de sa majesté  ( The sea wolves )Le commando de sa majesté  ( The sea wolves )
Le commando de sa majesté  ( The sea wolves )Le commando de sa majesté  ( The sea wolves )

Voir les commentaires

Publié le par valcogne.over-blog.com
Publié dans : #Westerns Américains, #Yvonne de Carlo, #Pedro Armendariz, #Joel Mc Crea, #George Wallace
Les rebelles (Border river)
Les rebelles (Border river)
Les rebelles (Border river)
Les rebelles (Border river)

 

Film de 1954 de George Sherman, avec Joel Mac Crea, Yvonne de Carlo, Pedro Armendariz, George Wallace. Honnête petit western où des Américains passent en zone libre au Mexique pendant que celle ci est tenue par un général malin et cruel. Ils possèdent deux millions de dollars en lingots d'or qu'ils comptent échanger pour des armes afin de continuer la guerre de Sécession. Nous sommes en 1865, celle ci se termine. Juarez arrivera et s'emparera au final de cette" Zona Libra" pour le plus grand bonheur de nos cow boys dont le chef filera le parfait amour avec la belle mexicaine jusqu'ici maitresse obligée du dictateur. Au passage on redécouvrira la beauté d'Yvonne de Carlo et le jeu légèrement caricatural mais supportable de Pedro Armendariz .Les scènes sont tournées pour l'essentiel en extérieur et les paysages bien mis en valeur. Un certain humour traverse ce métrage d'une heure dix sept où l'on a pas le temps de s'ennuyer. Copie approximative mais visible.

Les rebelles (Border river)Les rebelles (Border river)
Les rebelles (Border river)Les rebelles (Border river)

Voir les commentaires

Publié le par valcogne.over-blog.com
Publié dans : #Ciné Aventures, #Mélanie Thierry, #Gaspard Ulliel, #Lambert Wilson
La princesse de Montpensier

Film de Bertrand Tavernier, de 2010, avec Mélanie Thierry, Gaspard Ulliel, Lambert Wilson. Vu à la télévision. L'histoire se passe en 1560. Une très jolie femme est l'objet de la convoitise de plusieurs grands du monde de cette époque, emplie de haines religieuses, d'intrigues et de massacres. Les acteurs sont très bons, les décors somptueux et les plus authentiques possibles, les vêtements magnifiques et les chevaux superbes. 

Voila très exactement le genre de réalisation que j'attend depuis longtemps de la part des réalisateurs Européens.

Amoureux du cinéma Américain, je constate qu'avec une courte période historique de leur pays, ils nous ont offert une tripotée de westerns et de chefs d’œuvres d'une grande richesse et même fait ce que nous aurions dû faire: des films historiques se passant chez nous! Pourquoi ne sommes nous pas capables de sortir un bon film comme "Le sang des templiers" alors que nous avons plus de mille ans d'aventures diverses à raconter? Pourquoi, si c'est une question de moyens, n'est on pas foutus de faire, comme il y a quarante ans, des super productions" Italo-franco-germano-espagnole" pouvant rivaliser avec les meilleures d'outre-atlantique? Mystère. Pourquoi, notre pays, qui réalisa les "Rois maudits", une réussite, laisse t'il à d'autres le soin de prendre pour eux le moyen-âge et créer "Game of thrones"?

Mystère encore. Plutôt que des niaiseries inintéressantes sur les états d'âme des Français d'aujourd'hui déclinés à toutes les sauces j'aimerai que le cinéma hexagonal retrouve son souffle, comme le fait Tavernier, en s'inspirant de notre socle culturel.

(Et voici qu'avec le temps, deux ans après que j'ai écrit ce billet, les choses bougent et que certains ont compris ce discours: une série de très bonne qualité passe sur Arte , produite par la France, la Belgique, l'Allemagne, les Pays bas: " The team". Ce film policier se déroule en Europe, avec des acteurs des différents pays et parle de notre monde. Souhaitons que ce ne soit que le début d'autres réalisations conjointes et de qualité.)

La princesse de MontpensierLa princesse de Montpensier
La princesse de MontpensierLa princesse de Montpensier
La princesse de MontpensierLa princesse de Montpensier

Voir les commentaires

Publié le par valcogne.over-blog.com
Publié dans : #Ciné Polars Anglo-Saxons, #Tom Hardy, #Guy Pearce, #Jessica Chastain, #Gary Oldman

Film de 2012 de John Hilcoat avec Shia Labeouf, Tom Hardy, Gary Oldman, Mia Wasikowska, Jessica Chastain, Jason Clarke, Guy Pearce; autant d'acteurs que je cite tous tant ils jouent bien. Cette oeuvre est à la croisée des genres: westerns et polars, difficile de la classer dans l'un ou l'autre et je la pose dans la rubrique "polar", en quelque sorte, par défaut.  Dans les années de la Prohibition, dans le Comté de Franklin, on pratique le sport national: la distillerie clandestine. Trois frères y excellent. Un femme les rejoint. Le quatuor se heurte aux réalités: ennemis de tous poils, police, gangsters, voyous jaloux, tueurs. On découvre ici comme Gary Oldman, qu'on a toujours apprécié, tire avec une élégance rare à la mitraillette Thompson, à quel point, et on le savait aussi, Guy Pearce sait jouer les pourritures finies et Shia Labeouf, avec son faux air de Russel Crowe, approche son aîné en qualité. Une fois de plus, me direz vous, encore un film très violent. Les âmes sensibles peuvent l'éviter. Les autres apprécieront le rythme, les images réussies, la musique de Nick Cave, les moments intenses ,lawless la nature omniprésente et bien rendue. Enfin un bon film à se mettre derrière la rétine! C'est assez rare pour être dit. Je ne le mettrai pas dans les "chef d'oeuvre" mais dans mon classement "Les très bonnes surprises d'Oncle Valcogne".

 

A la suite d'une seconde lecture du film, je confirme.

Des hommes sans loi. (Lawless)Des hommes sans loi. (Lawless)
Des hommes sans loi. (Lawless)Des hommes sans loi. (Lawless)

Voir les commentaires

Publié le par valcogne.over-blog.com
Publié dans : #Chefs d'oeuvre divers, #Sergio Leone, #Robert de Niro, #James Wods, #Elisabeth McGovern, #Joe Pesci

Il-etait-une-fois-en-Amerique.jpg

Robert_De_Niro_TFF_2011_Shankbone.JPGFilm fleuve de Sergio Leone de 1984  avec James Woods, Robert de Niro , Joe Pesci, Elisabeth Mac Govern, Jennifer Connelly. L'univers de la Famille vue par un cinéaste inspiré qui traite là l'amitié, l'amour, la constance, la trahison, la violence. New York y est une vedette à part entière,  l'époque des événements reconstituée avec talent. Malgré la durée de l'histoire on ne s'ennuie jamais, on profite pleinement du jeu des acteurs, des rebondissements, des décors, du temps qui passe. Sous couvert de parler de la Maffia une grande douleur habite cette oeuvre: regrets du héros, de ceux qui l'ont manipulé, réflexion sur la vieillesse, le destin. Images et  musique sont magnifiques, le final, inoubliable, surprenant.

 " Le Parrain","Casino","Les Affranchis", "Il était une fois en Amérique", créés par des réalisateurs différents et géniaux ont ce point commun essentiel: Robert de Niro. Il a apporté une présence, un réalisme extraordinaire à ses personnages, une force de conviction impressionnante. 

Il était une fois en Amérique  ( Once upon a time in America )Il était une fois en Amérique  ( Once upon a time in America )Il était une fois en Amérique  ( Once upon a time in America )
Il était une fois en Amérique  ( Once upon a time in America )
Il était une fois en Amérique  ( Once upon a time in America )

Voir les commentaires

1 2 > >>

Articles récents

Hébergé par Overblog