Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
valcogne.com Espace Libre

valcogne.com Espace Libre

Cinéma. Opinions d'un spectateur lambda, totalement subjectives mais sincères.

Publié le par valcogne.over-blog.com
Publié dans : #Ciné Polars Anglo-Saxons, #Mark Wahlberg
Quatre frères

 

Film de John Singleton de 2005, avec Marc Walhberg et des bons affiche_Quatre_freres_2005_3.jpgquatre-freres.jpgacteurs . Western urbain, moderne, (situé à Detroit mais tourné à Toronto), avec histoire de vengeance, compréhensible, à la clé. Action, intérèt des personnages, admiration devant leur exploit, un bon moment  de cinéma.

Quatre frèresQuatre frères
Quatre frèresQuatre frères

Voir les commentaires

Publié le par valcogne.over-blog.com
Publié dans : #Séries cultes, #Ciné Fantastique
GAME OF THRONES
GAME OF THRONES
GAME OF THRONES
GAME OF THRONES
GAME OF THRONES
GAME OF THRONES

Série commencée en 2011 de David Benioff, D.B Weiss, George R R Martin. Avec Petert Dinklage, Kit Harington, Emilia Clarke, Lean Headey, Maisie Williams, Sophie Turner, Nicolaj Coster-Waldau, Alfie Allen, Sean Bean, Oona Chaplin, Charles Dance,  Diana Rigg, Aidan Gillen. Un must du fantastique. (J'ai écris un billet en 2012 où j'expliquais que l'auteur avait du lire " Les rois maudits"or j'apprend par mon journal, en 2014, qu'effectivement, George RR Martin s'en était inspiré. )

Les saisons trois, quatre et cinq sont également à la hauteur de nos espérances.

GAME OF THRONESGAME OF THRONES
GAME OF THRONESGAME OF THRONES
GAME OF THRONESGAME OF THRONES

Voir les commentaires

Publié le par valcogne.over-blog.com
Publié dans : #Séries cultes, #Westerns Américains, #Ian Mc Shane, #Timothy Olyphant
DEADWOOD

Pour ceux qui aiment vraiment le western, une oeuvre réaliste, bien faite, passionnante, dure, dérangeante, bien filmée. On y découvre des acteurs de qualité, des seconds rôles excellents, des décors approchant au maximum du réel. Avec Timothy Oliphant, Ian Mac Shane, Molly Parker, Powers Boothe, John Hawkes, Paula Malcolmson, Brad Dourif, Dayton Callie, Willliam Sanderson, Garret Dillahunt, Jim Beaver, Kim Dickens, W Earl Brown, Titus Welliver, Leon Rippy, Keith Carradine, Jeffrey Jones, Keone Young, Ray Mac Kinnon, Robin Weigert. 

                          Un régal.deadwood.jpg

DEADWOOD
DEADWOODDEADWOOD
DEADWOOD

Voir les commentaires

Publié le par valcogne.over-blog.com
Publié dans : #Ciné Fantastique
Le dernier des Templiers

le-dernier-des-templiers.jpg

Film de Dominic Senna de 2011. En américain, le titre exact est: "Season of the witch", plus précis. Sont réunis ici Nicolas Cage et Ron Perlman, des chevaliers, une sorcière et rien moins que le diable. Dire que ce film est mauvais serait aussi injuste que le trouver génial. Comme ils se copient tous, on est dans le même trip que " Black Death" et on surfe avec "Le sang des Templiers". Chateaux, chevaux, nature, décors, réalisme, sont respectés mais il manque une étincelle, une originalité, une patte à part du metteur en scène pour vraiment nous embarquer. Une fois de plus on a pas une série B ou Z mais une série C ou D.

Le dernier des Templiers
Le dernier des Templiers

Voir les commentaires

Publié le par valcogne.over-blog.com
Publié dans : #Ciné Polars Anglo-Saxons, #Val Kilmer
Irish gangster

irish-gangster.jpgLe titre original américain était: "Bulletproof gangster", plus explicatif. Enième film lorgnant vers "Les affranchis" mais bien en dessous de sa qualité. On y trouve Ray Stevenson, Robert Davi, Christopher Walken, Vincent d'Onofrio et Val Kilmer, empâté, qui fait le cacheton sans conviction. La mise en scène est plate, les péripéties convenues. On se demande toujours comment ces cinéastes peuvent faire du mauvais boulot avec de bons acteurs et une biographie déjà écrite! Le seul intérêt de cette série "C" est d'attirer notre attention sur ce parrain Irlandais de Cleveland, des années soixante dix : Danny Green.

 

Irish gangster
Irish gangster

Voir les commentaires

Publié le par valcogne.over-blog.com
Publié dans : #Westerns Américains
Buffalo Girls

 

Western de 1995 de Ron Hardy avec Angelica Huston, tiré du livre de Larry Mc Murtry. Long, sentimental,  pleurnichard, mais retraçant la fin de vie de Calamity Jane, de ses amies et amis, la nostalgie de l'Ouest en voie de disparaitre. C'est tourné sans génie mais avec une tripotée d'acteurs qu'on adore: Jack Palance, Sam Elliot, un vieil indien sympathique, de vieux loubards des plaines, Peter Coyote, Gabriel Byrne, Melanie Griffith, et j'en oublie... Au début du film, c'est saisissant, un soldat resssemble à s'y méprendre à...José Bové! ça vaut le coup d'oeil.

Buffalo Girls
Buffalo GirlsBuffalo Girls

Voir les commentaires

Publié le par valcogne.over-blog.com
Publié dans : #Ciné Science-.Fiction

chronicle.jpg

Film de Josh Trank de 2012 avec Dane DeHaan, Anna Wood, se présentant comme un " Buddy Movie", film de potes adolescents, et qui m'a surpris agréablement par son propos, sa noirceur et sa justesse de ton. Ne vous laissez pas influencer par la bande annonce, elle est au dessous de ce que vous verrez.

Chronicle
Chronicle
Chronicle

Voir les commentaires

Publié le par valcogne.over-blog.com
Publié dans : #Ciné Science-.Fiction

John-Carter.jpg

Film d'Andrew Stanton de 2012 avec Taylor Kitsch, Lynn Collins, Willem Dafoe, Marc Strong. Pour ceux qui ont gardé une âme d'enfant je recommande ce film. On en rêvait, les réalisateurs d'aujourd'hui savent le faire, pourquoi s'en priver? La princesse vaut, à elle seule, le déplacement. Comme Cyaran Hinds fut génial en César dans Rome ainsi que James Purefoy en Marc Antoine et en Templier, on vous les ressert ici pratiquement dans les mêmes rôles, ce qui me semble injurieux envers leurs réels talents d'acteurs. Le héros du film m'était inconnu, mais il fait son boulot, et bien. Ces petites observations faites, il faut se laisser emporter et visiter Barsoom sans hésiter, à moins d'être allergique à la Science-fiction, au space opera, aux films d'aventures, aux choses irrationnelles.

John Carter
John Carter
John Carter

Voir les commentaires

Publié le par valcogne.over-blog.com
Publié dans : #Chefs d'oeuvre divers, #Sergio Leone, #Charles Bronson, #Henry Fonda
Il était une fois dans l'Ouest.
Il était une fois dans l'Ouest.
Il était une fois dans l'Ouest.
Il était une fois dans l'Ouest.
Il était une fois dans l'Ouest.

J'ai vu cette oeuvre au cinéma, en cassette VHS, en DVD. Quand on aime, on claudia cardinale et sergio leone

ne compte pas; j'investis dans le Blu-ray,le dépose dans le lecteur et me dis: " Je regarde cinq minutes pour voir si c'est vraiment mieux et je le garde pour une soirée ..."

Et, je l'ai revu en entier.

Les années ont passé, la vie a bougé, mais Fonda, Bronson, Cardinale, Elam, Strodde, Battaglia, Stander, Ferzetti, jusqu'au moindre petit rôle contenu dans ce western, sont plus vivants sur la pellicule que les agités qui nous proposent un monde sans couleurs, sans objectifs, sans morale, où cette race si ancienne qu'était celle des hommes ne se voit plus que sur écrans...

Et, pour la trentième fois, peut être, je regarde de nouveau ce film, sur la télé. Je réalise qu'après la longue introduction, quand Claudia Cardinale descend à la gare, on observe à travers une fenètre ouverte son accueil et sa discussion avec l'homme des chemins de fer. Puis, la caméra s'élève et l'on découvre l'espace au delà du toit: le nouveau territoire de Gill, son avenir proche. De même, avant la fin, la caméra reprend le même mouvement en plus ample et l'on voit la construction de la ligne, Gill porter de l'eau aux ouvriers et l'Avenir de l'Amérique qui s'ouvre. Le film se déroule entre ces deux portes, ces deux séquences. Génial.

Arte le repasse encore, je décide de m'y replonger. Comme au bon vieux temps, où, comme je l'expliquais ailleurs, j'avais la chance de voir ce film sur écran géant au Grand Rex en fumant mon cigare, sauf qu' aujourd'hui, c'est chez moi, mais toujours avec un barreau de chaise durant tout le long de l'histoire, on ne se refait pas. Je remarque encore un hommage aux Français: lorque Jill débarque, son cocher lui fait traverser un morceau du chemin de fer en construction, peste contre les "envahisseurs" et enjoint à Lafayette, son cheval, de foncer sans se soucier de qui que ce soit, en hurlant "Lafayette nous voila"! Je note également la subtilité de la scène toute simple en apparence où Jill, après la mort de sa famille, se délasse sur le grand lit, elle qui les à tant fréquenté, et pas forcément par plaisir, hors, le ciel de ce dernier, en dentelle noire, masque son visage tel une voilette de deuil, la caméra descend vers elle et l'accord entre l'image, le deuil récent et les sentiments, est complet.

Pourquoi ne me lassè je pas de ce chef d'oeuvre ? Pour toutes ces raisons et bien d'autres. Il en est ainsi pour tout ce qui parle au delà de tous et de toutes, du travail réussi qu'on apprécie à travers le temps et les âges. Ainsi ne cesse t'on de redécouvrir l'Odyssée ou Oliver Twist, Pink Floyd, Elvis Presley, Proust. Ma madeleine, c'est "Il était une fois dans l'Ouest".

 

Il était une fois dans l'Ouest.
Il était une fois dans l'Ouest.
Il était une fois dans l'Ouest.Il était une fois dans l'Ouest.
Il était une fois dans l'Ouest.Il était une fois dans l'Ouest.

Voir les commentaires

Publié le par valcogne.over-blog.com
Publié dans : #Zombies

28-semaines-plus-tard.jpg

Film de 2007 avec Robert Carlyle, Rose Byrne, Imogen Poots, Catherine Mac Cormack, Jeremy Renner. Après l'incontestable bon film qu'était "28 jours plus tard" de Danny Boyle, impressionnant, au scenario inventif, Juan Carlos Fresnadillo nous en remet une couche avant, sans doute, de passer à :"28 mois plus tard" puis à :"28 ans plus tard". L'ennui, c'est qu'après un début vraiment terrifiant, l'histoire continue et qu'on ne s'y interesse déjà plus au bout quelques minutes. Jugez en: l'Angleterre est tenue par les Américains, l'acteur principal est le porteur de virus, il veut la peau de ses enfants, tout le monde se sacrifiera pour les sauver. Pourquoi plus que d'autres? On se le demande. Pour des raisons diverses ça décime à tout va, on bousille indifféremment infectés et innocents, on éradique. Et, au final, comme dans "Alien", surprise, surprise, les gamins sauvés vont venir infecter la France! On savait déjà que rien de bon ne pouvait venir d'Angleterre. (Et le brexit dit bien ce qu'il veut dire.)

28 semaines plus tard28 semaines plus tard
28 semaines plus tard28 semaines plus tard

Voir les commentaires

Articles récents

Hébergé par Overblog