Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
valcogne.com Espace Libre

valcogne.com Espace Libre

Cinéma. Opinions d'un spectateur lambda, totalement subjectives mais sincères.

Publié le par valcogne.over-blog.com
Publié dans : #Westerns Américains, #William Holden
Deux hommes dans l'ouest

Film américain de 1971 de Blake Edwards, en général plutôt spécialiste des comédies, avec William Holden, Ryan O'Neil, Karl Malden, Joe Don Baker, Tom Skerrit, Moses Gunn, Charles Gray. Deux cow-boys, l'un dans la cinquantaine, l'autre de vingt cinq ans, travaillent pour le rancher Walter Buchman. Ils aspirent à une autre vie, décident de dévaliser une banque. Ils fuiront les conséquences de cet acte, poursuivis par les fils de Buchman, suite à nombre de quiproquos tragiques qui les mèneront à leur perte. Personne ne sortira indemne de cette affaire, d'une manière ou d'une autre. Volontairement très lent, descriptif, empli de beaux paysages, ce vrai western peut déconcerter, mais tous les ingrédients sont là. Belle scène de domptage d'un cheval, bagarres, joueurs, prostituées, réflexions sur le sens de la vie et de l'inéluctable. Mélancolique.

Deux hommes dans l'ouest
Deux hommes dans l'ouestDeux hommes dans l'ouest
Deux hommes dans l'ouest

Commenter cet article

Kinskiklaus 21/10/2017 10:10

Ta chronique me donne la furieuse envie de découvrir ce film. En me renseignant, d'après des commentaires clients, il apparaîtrait que la version sortie en DVD dans nos contrées a été tronquée. Tu as des infos à ce sujet ? Bon week-end Valcogne !

valcogne.over-blog.com 21/10/2017 13:29

C'est exact, Blake Edwards avait réalisé un film de trois heures et son oeuvre s'était vue raccourcie par exigence des producteurs pour l'exploitation, la version DVD d'ici est donc celle-ci. Il y en eut une intermédiaire mais je ne la connais pas. A voir surtout pour William Holden, convaincant, comme toujours, Ryan O'Neil compose un jeune homme sympathique et paysages et autres sont bien esprit western. A regarder donc tranquille, une bière à disposition, ou quoi que ce soit d'autre que vous aimez, en appréciant une forme de lenteur voulue par l'auteur et goûter cette leçon: l'enfer est pavé de bonnes intentions mais il attend au tournant! Bon weekend, Kinskiklaus.

Articles récents

Hébergé par Overblog