Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
valcogne.com Espace Libre

valcogne.com Espace Libre

Cinéma. Opinions d'un spectateur lambda, totalement subjectives mais sincères.

Publié le par valcogne.over-blog.com
Publié dans : #Ciné Science-.Fiction, #Guy Pearce, #Jeremy Irons, #Connie Ray
La machine à explorer le temps  ( The time machine )

Film américain de 2002, de Simon Wells, avec Jeremy Irons, Guy Pearce, Mark Addy, Yancey Arias, Connie Ray. Nous parlerons une autre fois du premier film original, bourré de qualités, de Georges Pal pour nous pencher sur cette oeuvre plus récente. Premier point positif, le réalisateur n'a pas tenté de refaire la même, il a conservé des éléments essentiels: le savant, la machine, les Elois, les Morlocks, décalé un peu le sujet, non sans humour. Second point: de gros efforts ont été faits dans la réalisation, les décors, les trouvailles telles que l'hologramme photonique, le village des Elois, le style "aimable" des Morlocks. Guy Pearce, héros sans trop d'aspérités, joue bien. Jeremy Irons aussi, en dépit d'une apparence qu'on ne lui connaissait pas. Ce film, réalisé par Simon Wells à partir du livre culte de H G Wells n'a pas eu un grand succès. Beaucoup ont voulu rationaliser ses aspects complexes en critiquant les paradoxes temporels cités, car, sans doute, comprenant parfaitement ces mécanismes, si tant est qu'ils puissent exister, renonçant ainsi à passer un bon moment sans se prendre le citron. Oncle Valcogne, qui sait seulement qu'il ne sait foutrement rien de scientifique, a juste pris le temps de regarder cette machine sans avoir eu l'impression de le perdre.

La machine à explorer le temps  ( The time machine )La machine à explorer le temps  ( The time machine )
La machine à explorer le temps  ( The time machine )La machine à explorer le temps  ( The time machine )

Commenter cet article

les cafards 24/09/2014 13:34

ahh les fameux paradoxes spatio temporels !

Valcogne 24/09/2014 15:04

On a pas encore vraiment compris ni ce qu'était "l'espace" et encore moins "le temps" alors, imaginer des paradoxes temporels reste, pour l'instant, un amusement ou une vue de l'esprit, Notons au passage qu'un des ressorts de la folie réside dans les conduites paradoxales de l'être humain, que nous pouvons tous, hélas, subir ou développer nous mêmes. A notre grand dam. Salut les cafards.

Articles récents

Hébergé par Overblog